Comment assurer l'égalité femmes-hommes dans l'économie ?

Consultation terminée

Merci pour votre participation à la consultation "Comment assurer l'égalité femmes-hommes dans l'économie" ! Vous avez été nombreux à vous engager pour cette cause : les près de 80 000 participants ont déposé plus de 3 500 propositions et voté 554 000 fois.

POURQUOI CETTE CONSULTATION

L’égalité entre les femmes et les hommes a été reconnue comme la grande cause du quinquennat par le président de la République. Depuis trois ans et demi, le Gouvernement se bat pour y parvenir et les premiers résultats sont là. Mais il faut aller plus loin : les obstacles sont encore nombreux dans la vie professionnelle des femmes. Dans l’entreprise, leurs salaires et leurs perspectives d’évolution sont souvent moins favorables. Elles rencontrent également plus de difficultés lorsqu’elles souhaitent entreprendre. Ces inégalités nous concernent tous ! Au-delà de l’injustice qu’elles représentent, des études montrent qu’elles sont aussi néfastes à la réussite économique de notre pays. C'est pourquoi nous avons fait appel à vos propositions, idées ou remarques pour lutter contre ces inégalités et bâtir, ensemble, un plan d’action ambitieux.

Les suites de la consultation

Suite à la consultation, le gouvernement a mis en place plusieurs initiatives et mesures concrètes directement ou indirectement en lien avec les idées que les participants ont priorisés, entre autres :

  • Premier consensus de la consultation, la volonté d’allonger le congé paternité a été entendue. Celui-ci va passer de 14 à 28 jours, dont 7 jours obligatoires, à partir du 1er juillet 2021, grâce à une mesure votée dans le cadre de la Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2021;
  • En réponse au consensus proposant de développer l'offre de crèches, y compris en entreprise, ainsi que les modes de garde, une réforme de clarification des règles applicables aux modes d’accueil du jeune enfant entrera en vigueur au premier semestre 2021 et permettra notamment : de créer des places de crèches supplémentaires en portant à douze enfants la capacité d’accueil maximale des micro-crèches ; ou encore d’ouvrir en pratique l’accès à des places d’accueil aux enfants en situation de handicap ou atteints de maladies chroniques.
  • Afin de continuer à amener plus de transparence sur les inégalités salariales et de sanctionner ceux qui les pratiquent, idée également plébiscitée par les participants, la loi de finances pour 2021 a renforcé l’index de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, qui soumet les entreprises d’au moins 50 salariés à une obligation de transparence et une obligation de résultat sous trois ans. Les entreprises qui bénéficient du plan de relance doivent désormais publier les sous-indicateurs de l’index ainsi que des objectifs de progression et des mesures de correction le cas échéant.
  • Les participants ont également partagé le besoin de soutenir les parents seuls. En ce sens, le service public des pensions alimentaires, pleinement entré en vigueur le 1er janvier 2021, vise notamment à protéger les familles monoparentales des risques d’impayés de pension alimentaire.

Les résultats et les mesures prises ont été annoncés lors des 1 an de la loi Copé-Zimmerman le 26 janvier 2021. Revoir l'événement

grandes étapes
Août 2019
Annonce du projet de loi lors du G7 à Biarritz.
Décembre 2019
Lancement de la consultation publique lors d'un événement dédié à Bercy.
25 janvier 2020
Clôture de la consultation.
JANVIER 2021
Restitution des résultats de la consultation aux participants et des actions menées pour y répondre
Comment Accélérer L’INTÉRÊT général :

L’approche de Make.org par le consensus

Nous avons la conviction que les changements au sein de la société ne peuvent se construire que sur des consensus communs. La démarche de Make.org, dans chacune de nos activités, consiste donc à chercher la part d’adhésion commune sur laquelle l’engagement collectif peut se bâtir. Face à la fragmentation de notre société, c’est en engageant les citoyens autour de ces consensus que nous pourrons réconcilier le corps social, et retrouver notre capacité à traiter nos dissensus.