Grande cause Make.org
Résultats

Comment lutter contre toutes les inégalités subies par les femmes ?

Consultation initiée par : Make.org, Rothschild & Co, Universal Music France, le groupe LVMH, Clear Channel et Cdiscount
Avec le soutien de : EY, mécène de Make.org Foundation
En partenariat avec : le Ministère chargé de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances, le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes, ELLE, Loopsider, le Groupe SOS, Femmes avec, Maydée, Dans le Genre Égales, Laboratoire de l’Egalité, Rêv’Elles, Règles Elémentaires
Fin de la consultation
18 juin 2022
Propositions
2 193
Participants
258 187
Nombre total de votes
579 510 sur 500 000 (117%)
Résultats de la Consultation

28,5 %

C’est le pourcentage d’écart de salaire moyen entre les hommes et les femmes et ça ne s’arrête pas là.

Une femme debout le poing en l'air regardant fixement l'objectif

Luttons contre toutes formes d’inégalités

Disparités salariales, précarité, discriminations liées au genre, répartition des tâches ménagères…
Si les inégalités entre les femmes et les hommes se réduisent lentement, dans certains domaines elles restent néanmoins globalement criantes.

La crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 les a même renforcées et a retardé la date estimée pour parvenir à une égalité femmes-hommes, puisqu’il faudrait encore 136 ans pour parvenir à une parité à l'échelle mondiale (contre 100 ans avant la pandémie).

Les faits

Un éveil des consciences

Les consciences se sont éveillées, grâce notamment aux lois sur la parité et l’égalité professionnelle, ainsi qu’à des mouvements comme #MeToo ou Balance ton porc, et au travail quotidien de milliers de femmes et d’hommes qui combattent ces injustices. Ainsi, l’écart du taux d’activité entre les femmes et les hommes s’est considérablement réduit. Les femmes sont aussi de plus en plus présentes dans la vie politique française. A l’Assemblée nationale, la part des femmes qui y siègent est passée de de 18,5% à 38,7% en l’espace de dix ans.

Mais un long chemin reste à parcourir

Cependant, à l’aube de l’élection présidentielle de 2022, et alors que l’égalité femmes-hommes a été définie comme grande cause de l’actuel quinquennat, le chemin à parcourir est encore long : 28,5% des femmes perçoivent en moyenne une rémunération inférieure à celle des hommes₁, près de 70% des bénéficiaires des aides alimentaires sont des femmes₂, près de 3/4 des femmes estiment s’impliquer davantage dans les tâches domestiques que leur conjoint₃…

Quatre ans après avoir lancé la Grande Cause Stop aux violences faites aux femmes, qui a réuni plus de 400 000 participants, 70 organisations (associations, entreprises, médias, institutions), et fait émerger 4 actions à impact décisif*, Make.org souhaite continuer à agir en faveur des droits des femmes.

Parce qu’il s’agit d’un sujet essentiel pour notre société, Make.org a décidé d’unir les parties prenantes et les forces de la société civile pour lancer, avec Rothschild & Co, Universal Music France, le groupe LVMH, Clear Channel, Cdiscount et avec le soutien de EY, mécène de Make.org Foundation, la Grande Cause "Stop Inégalités Femmes". Celle-ci débutera par une vaste consultation autour de la question “Comment lutter contre toutes les inégalités subies par les femmes ?”, ayant pour objectif de faire ressortir les priorités des Françaises et des Français.
Make.org invitera les citoyennes et citoyens ayant participé à la consultation, ainsi que l’ensemble de ses partenaires, à une concertation sous forme d’ateliers pour transformer les idées prioritaires issues de la consultation en pistes d’actions concrètes. Ces actions seront incubées, développées, financées puis expérimentées sur le terrain et déployées à l’échelle nationale.

Quelques chiffres

70%

des bénéficiaires des aides alimentaires sont des femmes₂

73%

des femmes estiment faire plus de tâches domestiques et ménagères que leur conjoint

800

milliards

C’est la perte de revenus subie par les femmes du monde entier suite à la crise du Covid-19, soit plus que le PIB combiné de 98 pays₄

30%

des femmes salariées ont déjà été harcelées ou agressées sexuellement sur leur lieu de travail₅

1/4

femme

Plus d’un quart des femmes actives sont à temps partiel₆

Les étapes clés

  • du 7 mars au 18 mai 2022Consultation citoyenne
    les citoyens sont invités à répondre à la question "Comment lutter contre toutes les inégalités subies par les femmes ?"
  • septembre 2022 à février 2023Concertation
    Les citoyens et l'ensemble des partenaires de la Grande Cause transforment les idées plébiscitées en actions concrètes lors d'ateliers et via une plateforme de concertation en ligne
  • Mars 2023Lancement des actions !
    à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes

La coalition

LES PARTENAIRES FONDATEURS

Logo du partenaire fondateur de la Grande Cause
Logo du partenaire fondateur de la Grande Cause
Logo du partenaire fondateur de la Grande Cause

LES PARTENAIRES ASSOCIÉS

Logo du partenaire associé de la Grande Cause
Logo du partenaire associé de la Grande Cause

LES PARTENAIRES MÉDIAS

Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause

LES PARTENAIRES INSTITUTIONELS

Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause

LES PARTENAIRES MÉCÈNES DE MAKE.ORG FOUNDATION

Logo du partenaire média de la Grande Cause

LES PARTENAIRES EXPERTS

Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Partagez cette consultation

Le plan d'actions de la société civile

Le 23 septembre 2021, Make.org et ses partenaires ont dévoilé le plan d’actions de la Grande Cause pour la protection de l’enfance.

Lutter contre la haine en ligne, sensibiliser les enfants au pouvoir de la parole, proposer une aide à la parentalité, former les professionnels de santé au repérage des violences, créer des salles d’audition pour enfants… Ce plan d’actions totalement inédit suit le parcours chronologique des violences, depuis la prévention jusqu’aux sanctions, en passant par la prise en charge des victimes et également des auteurs de violences.

Les 9 actions se fondent sur les propositions plébiscitées par les citoyens lors d’une grande consultation menée du 23 septembre au 22 novembre 2020. Cette consultation, initiée par Make.org avec Wavestone, Kering Foundation, La Banque Postale, Bayard Jeunesse, Mediatransports et Wavestone, soutenue par le Secrétariat d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles et en partenariat avec plus de 60 associations et startups, a rassemblé plus de 70 000 participants. Ces 9 actions seront mises en œuvre et déployées sur l’ensemble du territoire au cours des deux prochaines années.

Les 9 actions, structurées autour de 4 axes

Sensibilisation, prévention

Etre ado.fr

Offrir aux jeunes adolescents un espace de ressources et de discussion sur les thèmes de la violence, de l’amitié et des relations familiales pour leur permettre une prise de conscience des comportements abusifs, un soutien et une écoute et une redirection vers les structures de prise en charge.
En savoir +
La proposition citoyenne

"Il faut faire plus de sensibilisation / prévention contre le harcèlement scolaire, et ce, dès l'école primaire" - Capucine

La problématique

Les premières relations amoureuses, amicales, les premières difficultés familiales ainsi que les violences à l'école sont tout autant de difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes adolescents. Il est essentiel de les aider à parler, à prendre conscience des comportements abusifs et des violences dont ils peuvent être victimes afin de les rediriger vers les structures compétentes pour les prendre en charge.

Objectif
  • Accueillir et sensibiliser plus de 10 000 jeunes par an
Les acteurs engagés
  • Porteur : association En AvantToute(s)
  • Contributeurs potentiels : 119
Voir moins d'informations

Clépsy


Soutenir le développement d'une plateforme de ressources en ligne, lancée par le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent du CHU Robert Debré à Paris, pour aider les parents à mieux appréhender les troubles de leurs enfants et promouvoir une approche pragmatique de l’éducation non violente.
En savoir +
La proposition citoyenne

“Il faut développer l’accompagnement à la parentalité : travail avec les familles sur ce qu’est la violence et éduquer son enfant sans violence” - Camille

La problématique

Plus de 50% des parents se déclare se sentir seuls dans l’éducation de leurs enfants. Apporter des ressources scientifiques sur le développement et le fonctionnement de l’enfant est central pour limiter les incompréhensions et les frustrations, facteurs de violence.

Objectif

Accompagner 2 millions parents sur les questions de parentalité

Les acteurs engagés

Porteur : Clépsy

Voir moins d'informations

Le clavier anti-haine

Créer un clavier détectant les messages haineux afin d'inciter les enfants à mieux se comporter en ligne. Le clavier analyse le texte et donne à l'utilisateur un retour sur la potentielle gravité de ce qu'il écrit pour lui faire prendre conscience de son acte.
En savoir +
La proposition citoyenne

"Il faut faire de la prévention sur les dangers d'internet" - Delphine

"Il faut développer des sanctions alternatives de responsabilisation pour les jeunes auteurs de cyberviolences" - Sandrine

La problématique

Dans les violences faites aux enfants, le cyberharcèlement est bien trop souvent sous-estimé par rapport à la réalité. Et pourtant, c’est un collégien est sur cinq qui est confronté aux cyberviolences, et en 2020, les violences numériques ont augmenté de 57% par rapport à 2019, preuve que le harcèlement sait lui aussi se digitaliser. De plus, le cercle de la haine est difficile à enrayer. On compte pas moins d'un enfant sur deux harcelés qui devient harceleur à son tour.

Objectif

Faire prendre conscience aux enfants de la potentielle violence de leurs discours et briser la cercle de la haine.

Les acteurs engagés
  • Porteur : Association e-Enfance / 3018
  • Porteur technologique : Bodyguard
  • Soutien à la création de l'outil : BVA Nudge Unit
Voir moins d'informations

Ton super-pouvoir

Créer une série télévisée à destination des 6-8 ans, complétée d'un kit pédagogique distribué dans les écoles, sur le sujet des violences (violences sexuelles, harcèlement, discrimination…), afin de sensibiliser les enfants à l’importance de la parole pour lutter contre ces violences dont ils peuvent être victimes ou témoins.
En savoir +
La proposition citoyenne

“Il faut apprendre à tout le monde qu’il n’y a pas de petites violences acceptables” - Nathalie

La problématique

Inceste, violences sexuelles, harcèlement : les enfants victimes de violences n’ont souvent pas conscience d’être victime et n’osent pas en parler. Il faut briser les tabous, libérer la parole (et l’écoute) et ce dès le plus jeune âge.

Objectif

Sensibiliser 80% des 6-8 ans sur les violences dont ils peuvent être victimes grâce à la série animée

Les acteurs engagés
  • Porteurs : Dominique Poussier, Franck Salomé, Nicolas Sedel, Fernando Worcel
  • Producteur : 2 Minutes
  • Contributeurs : Réseau Canopé, Bayard
Voir moins d'informations

Détection, signalement

E-learning santé

Accompagner les professionnels de santé, en contact avec les enfants, dans la détection et le signalement des violences chez les enfants grâce à une sensibilisation en e-learning.
En savoir +
La proposition citoyenne

“Il faut former les professionnels de santé à repérer les troubles comportementaux, conséquences d’abus chez enfants et adultes” - Jeanne

La problématique

Avec seulement 5 % des signalements d’enfants en danger réalisés par les médecins, le secteur médical est celui qui réalise le moins de signalements de ce type, alors que les professionnels de santé sont en contact régulier avec les enfants. Le manque de formation et la peur de se tromper peuvent expliquer ces chiffres. Il est crucial d’agir afin d’augmenter le nombre de signalements de la part des personnels soignants.

Objectif

Sensibiliser 200 000 professionnels de santé au repérage et au signalement des cas de maltraitances subies par leurs patients

Les acteurs engagés

Porteur : Ma Formation Médicale

Voir moins d'informations

Bouton "A l'aide"

Développer une fonctionnalité simple, un bouton "A l'aide", sur tous les espaces numériques de travail au sein des écoles, pour permettre aux élèves de signaler des faits de violences (abus sexuels, harcèlement…) et solliciter l'aide d'un adulte.
En savoir +
La proposition citoyenne

"Il faut un système décentralisé des signalements judiciaires et administratifs pour les enfants en danger, pour renforcer le suivi des mineurs" - L'Enfant Bleu  

"Il faut la mise en place d'une procédure d'urgence si un acteur (école, assistante sociale, médecin...) identifie un enfant maltraité" - Sandrine

La problématique

Le rôle de l’école est clé pour détecter les violences que subissent les enfants, à l’école ou ailleurs. L’éducation nationale est le plus important pourvoyeur d’informations préoccupantes aux départements. Les espaces numériques de travail (ENT) peuvent proposer un espace sécurisé pour permettre aux enfants de parler et de signaler toutes formes de violences.

Objectif

Déployer le bouton dans 100 collèges et lycées.

Les acteurs engagés
  • Porteur : Open Digital Education
  • Contributeur à confirmer : Académie de Versailles
Voir moins d'informations

Procédures judiciaires & sanctions

Accompagner la parole

Accompagner le déploiement d’espaces d’auditions pour les enfants victimes de violences, en particulier de violences sexuelles, afin de garantir que chaque enfant est reçu dans les bonnes conditions, par des professionnels formés et sans avoir besoin de se déplacer loin de son domicile.
En savoir +
La proposition citoyenne

"Il faut former les personnels de la santé à reconnaître les troubles comportementaux, conséquences d'abus chez enfants et adultes" Jeanne

" Il faut former, sensibiliser, médecins, professeurs aux signes d'appel d'un enfant qui va mal, apprendre à dépister la maltraitance" Anne

La problématique

La parole d’enfants victimes souhaitant témoigner et porter plainte est souvent recueillie dans des conditions inadaptées. Des salles spécialisées ont été mises en place dans les gendarmerie ou les hôpitaux, mais leur nombre est insuffisant, et dans certains cas, les salles ont des équipements inadaptés et vieillissants.

Objectif

Augmenter significativement le nombre de salles d'audition en gendarmeries pour recueillir la parole des enfants victimes de violences

Les acteurs engagés
  • Porteur : Gendarmerie Nationale
  • Porteur : La voix de l'enfant
Voir moins d'informations

Prise en charge

Se reconstruire ensemble

Offrir une aide psychologique aux enfants victimes de harcèlement au travers de groupes de parole en ligne et proposer un soutien à leurs parents grâce à un accompagnement individualisé avec un psychologue spécialisé.
En savoir +
La proposition citoyenne

“Il faut proposer un travail thérapeutique aux enfants victimes pour qu’ils puissent se réparer et grandir sereinement” - Caroline

La problématique

On compte plus de 700 000 enfants victimes de harcèlement par an. Cette tendance s’accentue. Cela peut avoir des conséquences dramatiques pour les enfants (déscolarisation, dépression, suicide). Depuis quelques années, le gouvernement et les écoles ont lancé des dispositifs de prévention mais l’accompagnement psychologique des victimes est encore trop peu organisé. Cette prise en charge est pourtant déterminante pour la reconstruction des enfants.

Objectif
  • Créer des groupes de parole destinés aux enfants victimes de harcèlement. Proposer également un accompagnement aux parents pour les aider et impulser une dynamique sur les territoires pour pouvoir assurer le  suivi de 1000 à 1200 enfants sur 16 territoires
  • Mettre en place un dispositif de psychologues dédiés à ces sujets permettant un accompagnement individuel et collectif à travers un groupe des victimes de harcèlement.
Les acteurs engagés

Porteur : Les Centres Relier

Voir moins d'informations

Mon Allié numérique

Proposer un outil en ligne aux enfants victimes de cyberharcèlement, pour leur permettre d'être pris en charge et les aider à porter plainte. Mon Allié numérique permet de qualifier juridiquement les messages haineux reçus par l'enfant et de stocker ces messages dans un dossier numérique, afin de constituer des preuves du harcèlement dont l'enfant est victime.
En savoir +
La proposition citoyenne

"Il faut donner plus de moyens et organiser la lutte contre le cyberharcèlement"  - Stéphanie

"Il faut des moyens pour condamner rapidement les agressions en ligne, afin qu'elles ne soient plus impunies" - Pierre

La problématique

En 2017, sur 558 000 condamnations prononcées en France par la justice, huit seulement visaient des faits de cyberharcèlement. Ainsi, si le cyberharcèlement est considéré comme un délit, les dossiers de cyberharcèlement sont encore rares à atteindre les tribunaux. Dans ce cadre, l’accès à la preuve numérique devient centrale pour mieux accompagner l’enfant victime.

Objectif

Permettre à 10 000 enfants d'être pris en charge plus facilement par e-Enfance.

Les acteurs engagés
  • Porteur : Association e-Enfance / 3018
  • Porteur technologique : Bodyguard
Voir moins d'informations
Le contexte
Les inégalités entre les femmes et les hommes se réduisent lentement mais elles restent globalement criantes : disparités salariales, précarité, discriminations liées au genre, répartition des tâches ménagères, …Aujourd’hui, il est temps de dépasser l'éveil des consciences pour aller vers l'action commune. C’est pourquoi, quatre ans après la Grande Cause Stop aux violences faites aux femmes, Make.org a réuni les forces de la société civile pour lancer la Grande Cause Stop Inégalités Femmes, qui commence par une consultation accessible à toutes et tous autour de la question “Comment lutter contre toutes les inégalités subies par les femmes ?”.

En savoir +
Obtenez le rapport complet
Pour obtenir le rapport d’analyses complet de cette consultation, merci de bien vouloir nous contacter à l’adresse : contact@make.org
Partagez cette consultation
Les 17 grandes idées approuvées par les citoyens
À leur arrivée sur la plateforme, les propositions citoyennes sont regroupées en grandes idées exprimant des solutions similaires. Pour classer ces idées, l’algorithme Make.org tient compte des votes « pour » et « contre » et des mentions « coup de », « banalité », « surtout pas ! »  et « réaliste ».
Axe 1 : Sensibilisation et représentations
Sensibiliser à l’égalité et au respect des femmes, en particulier dès le plus jeune âge
96% D’accord
Coup de cœur 34%    Réaliste 27%
Mieux respecter la liberté de choix des femmes
92% D’accord
Coup de cœur 31%    Réaliste 26%
Réhabiliter la place et l’influence des femmes dans l’histoire, la culture et les sciences
86% D’accord
Coup de cœur 23%    Réaliste 25%
Déconstruire les stéréotypes de professions et inciter les femmes à investir certains secteurs
92% D’accord
Coup de cœur 26%    Réaliste 32%
Axe 2 : Violences sexistes et sexuelles
Garantir une meilleure prise en charge pour les femmes victimes de violences
97% D’accord
Coup de cœur 31%    Réaliste 31%
Éradiquer la culture du viol
91% D’accord
Coup de cœur 26%    Réaliste 29%
Alourdir les peines pour les agresseurs
96% D’accord
Coup de cœur 33%    Réaliste 29%
Lutter davantage contre le harcèlement de rue
94% D’accord
Coup de cœur 28%    Réaliste 27%
Axe 3 : En entreprise
Lutter contre les inégalités salariales entre les femmes et les hommes
95% D’accord
Coup de cœur 27%    Réaliste 29%
Agir davantage contre le sexisme en milieu professionnel
93% D’accord
Coup de cœur 23%    Réaliste 28%
Faciliter l’accès à l’emploi pour les mères grâce notamment au développement des modes de garde d’enfants
88% D’accord
Coup de cœur 18%    Réaliste 31%
Mieux accompagner les femmes menacées de grande précarité
88% D’accord
Coup de cœur 17%    Réaliste 30%
Axe 4 : Santé et soins
Améliorer l'accès aux soins et aux pratiques contraceptives pour les femmes
92% D’accord
Coup de cœur 24%    Réaliste 31%
Lutter contre la précarité menstruelle
93% D’accord
Coup de cœur 39%    Réaliste 26%
Lutter contre les violences médicales et obstétricales
89% D’accord
Coup de cœur 20%    Réaliste 29%
Axe 5 : Parentalité
Favoriser l'implication des pères dans le parcours parental
87% D’accord
Coup de cœur 20%    Réaliste 29%
Axe 6 : Institutions
Interdire la présence d’hommes accusés de violences sexistes et sexuelles en politique
83% D’accord
Coup de cœur 29%    Réaliste 25%

La cartographie du débat


Les propositions les plus controversées
Les propositions “controversées” témoignent d’un clivage important au sein de la société : elles recueillent globalement autant d’adhésion forte que de net rejet.
Giffard
Il faut interdire les jouets et habits genrés dès la naissance pour tous les enfants. Ce marketing sépare les enfants selon leur genre
33% D'accord

47% Pas d'accord
André
Il faut éduquer obligatoirement les filles aux sports de combat, les agresseurs potentiels ne comprenant que la force
38% D'accord

33% Pas d'accord
Camille
Il faut imposer aux entreprises 50% de femmes à chaque échelon hiérarchique, avec le même salaire au même niveau dans toutes les entreprises
42% D'accord

38% Pas d'accord
Alexis
Il faut rendre à la femme son honneur de mère et créer un salaire maternel ainsi que de meilleures formations
43% D'accord

35% Pas d'accord
Coline
Il faut que les lois concernant l'IVG et le corps des femmes ne soient votées que par des assemblées de femmes
36% D'accord

47% Pas d'accord
Mathilde
Il faut changer la langue française, supprimer "le masculin l'emporte", par exemple avec un vrai neutre. Le langage structure la pensée!
32% D'accord

47% Pas d'accord

Participation par genre

Participation par âge

Participation par région