Comment protéger les jeunes contre le harcèlement scolaire ?

Cette consultation est terminée

Cette consultation est terminée

Pourquoi cette consultation ?

Faire émerger des solutions concrètes et contribuer à prévenir le harcèlement scolaire et l’une de ses conséquences, la phobie scolaire, tel est l’objectif de cette consultation citoyenne, menée par la Fondation d’entreprise Ramsay Santé.

En France, selon l’UNICEF, près de 700000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire, dont la moitié de manière sévère. Un enfant sur dix sera victime de harcèlement durant sa scolarité selon le ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports. Un fléau qui peut dégénérer en phobie scolaire : de 1% à 3% des élèves seraient aujourd’hui concernées (chiffres CIDJ) Mais il s’agit d’une estimation car les chiffres officiels sont difficiles à obtenir.

Du décrochage scolaire et de l'anxiété jusqu'au suicide, les conséquences peuvent être dramatiques. Toujours selon l’UNICEF, un adolescent harcelé sur dix a déjà pensé au suicide.  Mais la loi du silence est généralement trop présente, qui limite les possibilités d’intervention de la part du personnel éducatif ou des parents. L’adolescent cherche souvent à régler seul ses problèmes, par crainte de représailles de la part de ses harceleurs, ou par souci de ne pas inquiéter ses parents.

Sans compter également les traces laissées sur sa vie d’adulte par l’usage répété de moqueries, d’humiliations voire de violences physiques. Et une frontière désormais effacée entre l’école et la maison -qui n’est plus un refuge- en lien avec le développement massif du cyberharcèlement.

Certes, l’information existe dans les établissements scolaires : un site internet, un numéro d’urgence sont mis à la disposition des jeunes harcelés ; les coupables de faits de harcèlement scolaire âgés de plus de 13 ans risquent des peines de prison et des amendes. En juin 2019, le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Jean-Michel Blanquer annonçait dix nouvelles mesures visant à lutter contre le harcèlement scolaire. Mais l’impact de ces mesures s’inscrit dans un moyen terme.

Dès lors, quelles actions pourrait-on mener à plus court terme pour réduire ces harcèlements à l’école, comme sur les réseaux sociaux ? Comment en parler, sans craindre qu’ils n’empirent ? Comment en réduire l’impact sur la santé mentale des jeunes et leur capacité à se construire pendant ces années collèges et lycées ? A apprendre sereinement ? A respecter les autres ?

La Fondation Ramsay Santé souhaite vous donner la parole à vous parents, à vous accompagnants, éducateurs, acteurs des mondes scolaires et périscolaires, et à vous bien sûr collégiens, lycéens directement concernés par ce sujet, afin de recueillir vos propositions pour prévenir le harcèlement et en tester certaines.

grandes étapes
15 Juillet 2020

Lancement de la consultation

11 Septembre 2020

Clôture de la consultation

Novembre 2020

Restitution des résultats lors des Rencontres Prévention Santé de la Fondation d'entreprise Ramsay Santé

Quelqueschiffres clés

700 000

élèves sont victimes de harcèlement scolaire, dont la moitié de manière sévère (Source : UNICEF)

1 enfant sur 10

sera victime de harcèlement durant sa scolarité (Source : Ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports)

3020

C'est le numéro mis en place pour les enfants victimes de harcèlement ou pour les auteurs de harcèlement qui n'osent pas en parler.

Participer à la consultation

Quelqueschiffres clés

700 000

élèves sont victimes de harcèlement scolaire, dont la moitié de manière sévère (Source : UNICEF)

1 enfant sur 10

sera victime de harcèlement durant sa scolarité (Source : Ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports)

3020

C'est le numéro mis en place pour les enfants victimes de harcèlement ou pour les auteurs de harcèlement qui n'osent pas en parler.

Participer à la consultation
Comment Accélérer L’INTÉRÊT général :

L’approche de Make.org par le consensus

Nous avons la conviction que les changements au sein de la société ne peuvent se construire que sur des consensus communs. La démarche de Make.org, dans chacune de nos activités, consiste donc à chercher la part d’adhésion commune sur laquelle l’engagement collectif peut se bâtir. Face à la fragmentation de notre société, c’est en engageant les citoyens autour de ces consensus que nous pourrons réconcilier le corps social, et retrouver notre capacité à traiter nos dissensus.
En savoir + sur Make.org