Grande cause Make.org
Résultats

Quelles solutions pour que chaque jeune trouve sa place dans la société ?

Consultation initiée par : Make.org et Mirova Forward avec le groupe La Poste, la Caisse des Dépôts, Accenture, Viva Technology, le Medef et le Mouvement Impact France
Avec le soutien de : la Fondation Schneider Electric et Naxitis Foundation, mécènes de Make.org Foundation
En partenariat avec : Le Secrétariat d'Etat auprès du ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, chargé de la Jeunesse et de l'Engagement, L'Etudiant, Article 1, CNJE, Nightline France, Linkee, Live for Good, la Fédération Française des Banques Alimentaires, Rêv'Elles, Enactus, Eloquantia, TADAM.
Fin de la consultation
22 mai 2022
Propositions
2 864
Participants
297 876
Nombre total de votes
584 664 sur 500 000 (117%)
Résultats de la Consultation

#SolutionsJeunes

Précarité, décrochage scolaire, choix d’avenir…
Des millions de jeunes font face à des difficultés quotidiennes et se questionnent sur leur place dans la société.

Ces difficultés se sont renforcées avec la crise sanitaire liée au Covid-19, qui a bouleversé leurs vies et creusé les inégalités entre eux, venant rappeler l’urgence de permettre collectivement à chaque jeune de trouver sa place dans la société.

50%

plus de 50% des jeunes sont inquiets pour leur santé mentale

Les faits

En France, l'urgence sanitaire a fait vivre à des jeunes de milieux et de zones géographiques différents des situations inédites. A certains, elle a demandé de nombreux sacrifices. Pour les moins favorisés d'entre eux, cette crise a souvent été synonyme d'isolement et de bouleversements majeurs, renforçant durablement leur précarité. En 2020, 30 % des jeunes ont ainsi renoncé à l’accès aux soins, faute de moyens. A cette précarisation économique s’ajoute une préoccupation pour leur avenir. De nombreux étudiants se déclarent inquiets de leurs choix d’orientation, tandis que les jeunes qui se lancent dans la vie professionnelle se heurtent à des difficultés inédites pour trouver leur premier emploi. En 2020, 1,6 million de jeunes n’étaient “ni en emploi, ni en études, ni en formation” (Insee, 2021). Le sentiment, bien réel pour certains d’être exclus de la société, fait notamment écho au désengagement électoral des jeunes citoyens aux élections régionales de 2021. Ils participent de moins en moins aux choix démocratiques nationaux, alors même qu’ils ont, à de nombreuses reprises, prouvé leur capacité à se mobiliser pour des causes qui les touchent. 

Quatre ans après avoir lancé la Grande Cause "Une chance pour chaque jeune", qui a réuni plus de 220 000 participants et fait émerger 7 actions concrètes, Make.org souhaite poursuivre ce combat sociétal majeur, convaincu que nous devons tous ensemble nous mobiliser pour permettre aux jeunes citoyens de s'épanouir, de trouver les clés pour leur réalisation personnelle, et de se sentir pleinement partie prenante de la société.

C’est pour cela que Make.org et Mirova Forward, avec le groupe La Poste, la Caisse des Dépôts, Viva Technology, le Medef et le soutien de la Fondation Schneider Electric et de Natixis Foundation, mécènes de Make.org Foundation, ont décidé de mobiliser associations, entreprises, start-ups, institutions et médias, pour lancer ensemble la Grande Cause #SolutionsJeunes. Celle-ci a l’ambition de faire émerger et de co-construire des solutions concrètes afin d’aider les jeunes à s'émanciper, à trouver leur place, et à construire leur avenir avec les meilleures chances de réussite. Pour relever les défis collectifs qui nous font face, nous devons permettre à la jeune génération d’y participer pleinement, avec ses envies, sa motivation et ses talents.

Cette nouvelle Grande Cause débutera par une vaste consultation autour de la question “Quelles solutions pour que chaque jeune trouve sa place dans la société ?”. Des ateliers de concertation et de co-construction permettront ensuite de transformer les idées prioritaires en actions concrètes déployées à l’échelle nationale pour changer la donne pour notre jeunesse.

Quelques chiffres

80%
Plus de 8 jeunes de 15 à 20 ans sur 10 se déclarent inquiets concernant leurs choix d’orientation*
*Baromètre de confiance dans l’avenir des 15-20 ans - l’Etudiant, BVA et Orange, mars 2021
71%
des jeunes ont l’impression de décrocher*
*Baromètre de confiance dans l’avenir des 15-20 ans - l’Etudiant, BVA et Orange, mars 2021
30%
déclarent avoir renoncé à l’accès aux soins faute de moyens financiers*
* Rapport de la commission d’enquête de l’Assemblée Nationale pour mesurer et prévenir les effets de la crise du covid-19 sur les enfants et la jeunesse - décembre 2020
50%
Plus de 50% des jeunes sont inquiets pour leur santé mentale*
* Rapport de la commission d’enquête de l’Assemblée Nationale pour mesurer et prévenir les effets de la crise du covid-19 sur les enfants et la jeunesse - décembre 2020
1,6 million
de jeunes n'étaient ni employés, ni en études, ni en formation en 2020*
* INSEE - NEET mars 2021

Les étapes clés

  • 22 mars - 22 mai 2022Consultation citoyenne
    les citoyens sont invités à répondre à la question "Quelles solutions pour que chaque jeune trouve sa place dans la société ?"
  • Juin 2022 - Février 2023Concertation
    Les citoyens et l'ensemble des partenaires de la Grande Cause transforment les idées plébiscitées en actions concrètes lors d'ateliers et via une plateforme de concertation en ligne
  • Février 2023Lancement des actions !
    Début des premières actions concrètes sur le terrain pour répondre aux priorités citoyennes

La coalition

Partenaires co-éditeurs

Logo du partenaire fondateur de la Grande Cause
Logo du partenaire fondateur de la Grande Cause

Les partenaires fondateurs

Logo du partenaire fondateur de la Grande Cause
Logo du partenaire fondateur de la Grande Cause
Logo du partenaire fondateur de la Grande Cause
Logo du partenaire fondateur de la Grande Cause

Les partenaires associés

Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause

Les partenaires mécènes de Make.org Foundation

Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause

Les partenaires institutionnels

Logo du partenaire média de la Grande Cause

Les partenaires médias

Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause

Les partenaires experts

Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Logo du partenaire média de la Grande Cause
Le contexte
Des millions de jeunes font face à des difficultés quotidiennes, se questionnent sur leur place dans la société. La crise sanitaire liée au Covid-19 a bouleversé leurs vies et creusé les inégalités entre eux.Parce qu’il est urgent de permettre à chaque jeune de s'émanciper, de trouver sa voie et de s'épanouir, Make.org et Mirova Forward réunissent toutes les forces de la société civile pour lancer la Grande Cause #SolutionsJeunes. Celle-ci commence par une consultation accessible à toutes et tous autour de la question “Quelles solutions pour que chaque jeune trouve sa place dans la société ?”, pour mobiliser largement la société civile, et construire ensemble des actions concrètes afin de donner les meilleures chances de réussite à notre jeunesse.

En savoir +
Obtenez le rapport complet
Pour obtenir le rapport d’analyses complet de cette consultation, merci de bien vouloir nous contacter à l’adresse : contact@make.org
Partagez cette consultation
Les 19 grandes idées approuvées par les citoyens
À leur arrivée sur la plateforme, les propositions citoyennes sont regroupées en grandes idées exprimant des solutions similaires. Pour classer ces idées, l’algorithme Make.org tient compte des votes « pour » et « contre » et des mentions « coup de  », « banalité », « surtout pas ! »  et « réaliste ».
Axe 1 : Insertion professionnelle
Favoriser la découverte du monde professionnel
94% D’accord
Coup de cœur 26%    Réaliste 36%
Valoriser l'alternance, l'apprentissage et la formation professionnelle
92% D’accord
Coup de cœur 24%    Réaliste 38%
Mettre en avant l'artisanat, les métiers manuels et l’accès aux filières professionnelles
93% D’accord
Coup de cœur 24%    Réaliste 37%
Baser le recrutement des jeunes en entreprise sur de nouveaux critères 
90% D’accord
Coup de cœur 22%    Réaliste 34%
Axe 2 : À l'école
Repenser l'orientation scolaire des jeunes
91% D’accord
Coup de cœur 23%    Réaliste 40%
Faire évoluer l'école et les enseignements
88% D’accord
Coup de cœur 23%    Réaliste 35%
Garantir un socle minimum de connaissances pour les jeunes
92% D’accord
Coup de cœur 23%    Réaliste 34%
Mieux prévenir et prendre en charge l'échec scolaire
93% D’accord
Coup de cœur 23%    Réaliste 36%
Faciliter financièrement l’accès aux études
90% D’accord
Coup de cœur 23%    Réaliste 33%
Axe 3 : Santé et conditions de vie
Permettre aux jeunes de mieux se connaître : aptitudes, envies, confiance en soi
90% D’accord
Coup de cœur 25%    Réaliste 33%
Mieux accompagner les jeunes en situation de handicap
90% D’accord
Coup de cœur 21%    Réaliste 32%
Mieux protéger et prendre en charge les jeunes contre les violences
89% D’accord
Coup de cœur 24%    Réaliste 35%
Garantir des conditions de vie décentes : logement, alimentaire, transport 
92% D’accord
Coup de cœur 24%    Réaliste 34%
Mieux reconnaître et prendre en charge la santé mentale des jeunes
92% D’accord
Coup de cœur 26%    Réaliste 33%
Axe 4 : Vie citoyenne et solidarité 
Mieux transmettre les valeurs de respect, de civisme et de vivre ensemble
92% D’accord
Coup de cœur 33%    Réaliste 22%
Développer les liens Intergénérationnels, notamment dans l'emploi
90% D’accord
Coup de cœur 22%    Réaliste 30%
Stimuler les initiatives citoyennes et sociales des jeunes
87% D’accord
Coup de cœur 18%    Réaliste 35%
Mieux préparer les jeunes aux contraintes de la vie d'adulte
83% D’accord
Coup de cœur 19%    Réaliste 33%
Encourager la sensibilisation et l'implication des jeunes à la cause environnementale
88% D’accord
Coup de cœur 22%    Réaliste 33%

La cartographie du débat


Les propositions les plus controversées
Les propositions “controversées” témoignent d’un clivage important au sein de la société : elles recueillent globalement autant d’adhésion forte que de net rejet.
Marina
Il faut instaurer un salaire universel pour chaque jeune de 18 à 25 ans afin qu'ils puissent préparer et envisager sereinement leur avenir
40% D'accord

42% Pas d'accord
Sylvie
Il faut que les jeunes puissent toucher le RSA après leur dernière année scolaire et avant 25 ans.
40% D'accord

45% Pas d'accord
Christine
Il faut renvoyer les filles et les garçons faire le service militaire
47% D'accord

37% Pas d'accord
Break poverty foundation
Il faut rendre obligatoire l’engagement auprès d’une association choisie par le jeune, une heure par semaine, à partir de la seconde.
37% D'accord

39% Pas d'accord
Michèle
Il faut arrêter les notes, sujets de stress et les remplacer par des plages de niveaux : A, B, C, D.
32% D'accord

46% Pas d'accord
Aline
Il faut faciliter l'accès à la propriété en rendant prioritaire les primo-accédants sur plus de logement (T1 et T2 compris)
44% D'accord

28% Pas d'accord

Participation par genre

Participation par âge

Participation par région

Partagez cette consultation

Le plan d'actions de la société civile

Le 23 septembre 2021, Make.org et ses partenaires ont dévoilé le plan d’actions de la Grande Cause pour la protection de l’enfance.

Lutter contre la haine en ligne, sensibiliser les enfants au pouvoir de la parole, proposer une aide à la parentalité, former les professionnels de santé au repérage des violences, créer des salles d’audition pour enfants… Ce plan d’actions totalement inédit suit le parcours chronologique des violences, depuis la prévention jusqu’aux sanctions, en passant par la prise en charge des victimes et également des auteurs de violences.

Les 9 actions se fondent sur les propositions plébiscitées par les citoyens lors d’une grande consultation menée du 23 septembre au 22 novembre 2020. Cette consultation, initiée par Make.org avec Wavestone, Kering Foundation, La Banque Postale, Bayard Jeunesse, Mediatransports et Wavestone, soutenue par le Secrétariat d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles et en partenariat avec plus de 60 associations et startups, a rassemblé plus de 70 000 participants. Ces 9 actions seront mises en œuvre et déployées sur l’ensemble du territoire au cours des deux prochaines années.

Les 9 actions, structurées autour de 4 axes

Sensibilisation, prévention

Etre ado.fr

Offrir aux jeunes adolescents un espace de ressources et de discussion sur les thèmes de la violence, de l’amitié et des relations familiales pour leur permettre une prise de conscience des comportements abusifs, un soutien et une écoute et une redirection vers les structures de prise en charge.
En savoir +
La proposition citoyenne

"Il faut faire plus de sensibilisation / prévention contre le harcèlement scolaire, et ce, dès l'école primaire" - Capucine

La problématique

Les premières relations amoureuses, amicales, les premières difficultés familiales ainsi que les violences à l'école sont tout autant de difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes adolescents. Il est essentiel de les aider à parler, à prendre conscience des comportements abusifs et des violences dont ils peuvent être victimes afin de les rediriger vers les structures compétentes pour les prendre en charge.

Objectif
  • Accueillir et sensibiliser plus de 10 000 jeunes par an
Les acteurs engagés
  • Porteur : association En AvantToute(s)
  • Contributeurs potentiels : 119
Voir moins d'informations

Clépsy


Soutenir le développement d'une plateforme de ressources en ligne, lancée par le service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent du CHU Robert Debré à Paris, pour aider les parents à mieux appréhender les troubles de leurs enfants et promouvoir une approche pragmatique de l’éducation non violente.
En savoir +
La proposition citoyenne

“Il faut développer l’accompagnement à la parentalité : travail avec les familles sur ce qu’est la violence et éduquer son enfant sans violence” - Camille

La problématique

Plus de 50% des parents se déclare se sentir seuls dans l’éducation de leurs enfants. Apporter des ressources scientifiques sur le développement et le fonctionnement de l’enfant est central pour limiter les incompréhensions et les frustrations, facteurs de violence.

Objectif

Accompagner 2 millions parents sur les questions de parentalité

Les acteurs engagés

Porteur : Clépsy

Voir moins d'informations

Le clavier anti-haine

Créer un clavier détectant les messages haineux afin d'inciter les enfants à mieux se comporter en ligne. Le clavier analyse le texte et donne à l'utilisateur un retour sur la potentielle gravité de ce qu'il écrit pour lui faire prendre conscience de son acte.
En savoir +
La proposition citoyenne

"Il faut faire de la prévention sur les dangers d'internet" - Delphine

"Il faut développer des sanctions alternatives de responsabilisation pour les jeunes auteurs de cyberviolences" - Sandrine

La problématique

Dans les violences faites aux enfants, le cyberharcèlement est bien trop souvent sous-estimé par rapport à la réalité. Et pourtant, c’est un collégien est sur cinq qui est confronté aux cyberviolences, et en 2020, les violences numériques ont augmenté de 57% par rapport à 2019, preuve que le harcèlement sait lui aussi se digitaliser. De plus, le cercle de la haine est difficile à enrayer. On compte pas moins d'un enfant sur deux harcelés qui devient harceleur à son tour.

Objectif

Faire prendre conscience aux enfants de la potentielle violence de leurs discours et briser la cercle de la haine.

Les acteurs engagés
  • Porteur : Association e-Enfance / 3018
  • Porteur technologique : Bodyguard
  • Soutien à la création de l'outil : BVA Nudge Unit
Voir moins d'informations

Ton super-pouvoir

Créer une série télévisée à destination des 6-8 ans, complétée d'un kit pédagogique distribué dans les écoles, sur le sujet des violences (violences sexuelles, harcèlement, discrimination…), afin de sensibiliser les enfants à l’importance de la parole pour lutter contre ces violences dont ils peuvent être victimes ou témoins.
En savoir +
La proposition citoyenne

“Il faut apprendre à tout le monde qu’il n’y a pas de petites violences acceptables” - Nathalie

La problématique

Inceste, violences sexuelles, harcèlement : les enfants victimes de violences n’ont souvent pas conscience d’être victime et n’osent pas en parler. Il faut briser les tabous, libérer la parole (et l’écoute) et ce dès le plus jeune âge.

Objectif

Sensibiliser 80% des 6-8 ans sur les violences dont ils peuvent être victimes grâce à la série animée

Les acteurs engagés
  • Porteurs : Dominique Poussier, Franck Salomé, Nicolas Sedel, Fernando Worcel
  • Producteur : 2 Minutes
  • Contributeurs : Réseau Canopé, Bayard
Voir moins d'informations

Détection, signalement

E-learning santé

Accompagner les professionnels de santé, en contact avec les enfants, dans la détection et le signalement des violences chez les enfants grâce à une sensibilisation en e-learning.
En savoir +
La proposition citoyenne

“Il faut former les professionnels de santé à repérer les troubles comportementaux, conséquences d’abus chez enfants et adultes” - Jeanne

La problématique

Avec seulement 5 % des signalements d’enfants en danger réalisés par les médecins, le secteur médical est celui qui réalise le moins de signalements de ce type, alors que les professionnels de santé sont en contact régulier avec les enfants. Le manque de formation et la peur de se tromper peuvent expliquer ces chiffres. Il est crucial d’agir afin d’augmenter le nombre de signalements de la part des personnels soignants.

Objectif

Sensibiliser 200 000 professionnels de santé au repérage et au signalement des cas de maltraitances subies par leurs patients

Les acteurs engagés

Porteur : Ma Formation Médicale

Voir moins d'informations

Bouton "A l'aide"

Développer une fonctionnalité simple, un bouton "A l'aide", sur tous les espaces numériques de travail au sein des écoles, pour permettre aux élèves de signaler des faits de violences (abus sexuels, harcèlement…) et solliciter l'aide d'un adulte.
En savoir +
La proposition citoyenne

"Il faut un système décentralisé des signalements judiciaires et administratifs pour les enfants en danger, pour renforcer le suivi des mineurs" - L'Enfant Bleu  

"Il faut la mise en place d'une procédure d'urgence si un acteur (école, assistante sociale, médecin...) identifie un enfant maltraité" - Sandrine

La problématique

Le rôle de l’école est clé pour détecter les violences que subissent les enfants, à l’école ou ailleurs. L’éducation nationale est le plus important pourvoyeur d’informations préoccupantes aux départements. Les espaces numériques de travail (ENT) peuvent proposer un espace sécurisé pour permettre aux enfants de parler et de signaler toutes formes de violences.

Objectif

Déployer le bouton dans 100 collèges et lycées.

Les acteurs engagés
  • Porteur : Open Digital Education
  • Contributeur à confirmer : Académie de Versailles
Voir moins d'informations

Procédures judiciaires & sanctions

Accompagner la parole

Accompagner le déploiement d’espaces d’auditions pour les enfants victimes de violences, en particulier de violences sexuelles, afin de garantir que chaque enfant est reçu dans les bonnes conditions, par des professionnels formés et sans avoir besoin de se déplacer loin de son domicile.
En savoir +
La proposition citoyenne

"Il faut former les personnels de la santé à reconnaître les troubles comportementaux, conséquences d'abus chez enfants et adultes" Jeanne

" Il faut former, sensibiliser, médecins, professeurs aux signes d'appel d'un enfant qui va mal, apprendre à dépister la maltraitance" Anne

La problématique

La parole d’enfants victimes souhaitant témoigner et porter plainte est souvent recueillie dans des conditions inadaptées. Des salles spécialisées ont été mises en place dans les gendarmerie ou les hôpitaux, mais leur nombre est insuffisant, et dans certains cas, les salles ont des équipements inadaptés et vieillissants.

Objectif

Augmenter significativement le nombre de salles d'audition en gendarmeries pour recueillir la parole des enfants victimes de violences

Les acteurs engagés
  • Porteur : Gendarmerie Nationale
  • Porteur : La voix de l'enfant
Voir moins d'informations

Prise en charge

Se reconstruire ensemble

Offrir une aide psychologique aux enfants victimes de harcèlement au travers de groupes de parole en ligne et proposer un soutien à leurs parents grâce à un accompagnement individualisé avec un psychologue spécialisé.
En savoir +
La proposition citoyenne

“Il faut proposer un travail thérapeutique aux enfants victimes pour qu’ils puissent se réparer et grandir sereinement” - Caroline

La problématique

On compte plus de 700 000 enfants victimes de harcèlement par an. Cette tendance s’accentue. Cela peut avoir des conséquences dramatiques pour les enfants (déscolarisation, dépression, suicide). Depuis quelques années, le gouvernement et les écoles ont lancé des dispositifs de prévention mais l’accompagnement psychologique des victimes est encore trop peu organisé. Cette prise en charge est pourtant déterminante pour la reconstruction des enfants.

Objectif
  • Créer des groupes de parole destinés aux enfants victimes de harcèlement. Proposer également un accompagnement aux parents pour les aider et impulser une dynamique sur les territoires pour pouvoir assurer le  suivi de 1000 à 1200 enfants sur 16 territoires
  • Mettre en place un dispositif de psychologues dédiés à ces sujets permettant un accompagnement individuel et collectif à travers un groupe des victimes de harcèlement.
Les acteurs engagés

Porteur : Les Centres Relier

Voir moins d'informations

Mon Allié numérique

Proposer un outil en ligne aux enfants victimes de cyberharcèlement, pour leur permettre d'être pris en charge et les aider à porter plainte. Mon Allié numérique permet de qualifier juridiquement les messages haineux reçus par l'enfant et de stocker ces messages dans un dossier numérique, afin de constituer des preuves du harcèlement dont l'enfant est victime.
En savoir +
La proposition citoyenne

"Il faut donner plus de moyens et organiser la lutte contre le cyberharcèlement"  - Stéphanie

"Il faut des moyens pour condamner rapidement les agressions en ligne, afin qu'elles ne soient plus impunies" - Pierre

La problématique

En 2017, sur 558 000 condamnations prononcées en France par la justice, huit seulement visaient des faits de cyberharcèlement. Ainsi, si le cyberharcèlement est considéré comme un délit, les dossiers de cyberharcèlement sont encore rares à atteindre les tribunaux. Dans ce cadre, l’accès à la preuve numérique devient centrale pour mieux accompagner l’enfant victime.

Objectif

Permettre à 10 000 enfants d'être pris en charge plus facilement par e-Enfance.

Les acteurs engagés
  • Porteur : Association e-Enfance / 3018
  • Porteur technologique : Bodyguard
Voir moins d'informations