Consultation terminée - résultats à venir
Résultats de la Consultation
Actions

Grande Cause Make.org : Comment protéger les enfants contre toutes les formes de violences ?

Consultation citoyenne du 23 septembre au 22 novembre 2020
Chaque année, en France, on déplore plusieurs dizaines d’infanticides, des milliers d’enfants subissent des maltraitances, sont victimes d’inceste et de pédocriminalité, de harcèlement, sont délaissés, ou vivent sous le seuil de pauvreté.

Des drames que la crise du Covid-19 a encore aggravés.

Pour mobiliser l’ensemble de la société civile contre ce fléau, Make.org et ses partenaires lancent la Grande Cause pour la Protection de l’Enfance, qui a débuté par une consultation citoyenne nationale.

les faits

Les chiffres sont douloureux, et encore trop méconnus, mais ils reflètent le quotidien de nombreuses victimes : en France, 80 enfants ont été tués en 2018 dans le cadre intrafamilial. Un tous les quatre jours. Plusieurs dizaines de milliers de filles et de garçons subissent chaque année des viols ou tentatives de viols.  700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire, et plus de la moitié d'entre eux subissent des actes de cyberviolence. Par ailleurs, selon l’Unicef, près de trois millions d’enfants (un sur cinq) vivent sous le seuil de pauvreté, ce qui constitue également une forme de violence.

La crise du Covid-19 a exacerbé l’ampleur de ces drames, avec une réalité alarmante pendant le confinement : le Service national d’accueil téléphonique de l’enfance en danger (le numéro 119) a enregistré une augmentation de 56,2% des appels par rapport à 2019. 

C’est pourquoi Make.org, avec la Fondation Kering, la Banque Postale, Wavestone, Mediatransports, Bayard Jeunesse et l’ensemble des associations et médias partenaires, ont lancé la Grande Cause de la société civile pour la Protection de l’Enfance, soutenue par le Secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles, Adrien Taquet

La comédienne Andréa Bescond, co-scénariste et réalisatrice du film “Les Chatouilles”, inspiré des violences sexuelles dont elle a été victime dans son enfance, est la marraine de cette Grande Cause. Le 16 septembre 2020, elle a publié “Et si on se parlait ?” (HarperCollins), trois livres à destination des enfants dès 3 ans, pour leur apprendre à parler des différentes formes de violences.

Et parce que nous sommes convaincus que rien ne se fera sans la participation massive des citoyens, la Grande Cause a commencé par une consultation citoyenne nationale, du 23 septembre au 22 novembre 2020.

En parallèle, Make.org a mené, en partenariat avec Bayard Jeunesse, une consultation spécifiquement conçue pour les enfants et adolescents de 8 à 16 ans.

Les résultats de ces deux consultations permettront, d’une part, de bâtir un plan d’actions de la société civile ; et d’autre part de nourrir les discussions des Etats généraux de l’Enfance.

Il n'est plus temps de s'indigner. Il n'est plus temps d'attendre. Il est plus que jamais temps, en revanche, d’unir nos forces et d'agir collectivement pour lutter contre ce fléau.  

quelques chiffres

1 enfant tué
tous les 4 jours

dans le cadre intrafamilial

700 000 élèves

victimes de harcèlement scolaire

3 millions d'enfants

vivent sous le seuil de pauvreté en France

les grandes étapes

du 23 septembre au 22 novembre 2020

Lancement de la consultation citoyenne
"Comment protéger les enfants contre toutes les formes de violences ?"

Février 2021

Annonce des résultats de la consultation

Mars 2021

Ateliers de transformation : associations, entreprises et citoyens transforment les meilleures propositions citoyennes en actions concrètes

la coalition

les partenaires fondateurs

Groupe les Echos Le ParisienGroupe les Echos Le ParisienGroupe les Echos Le ParisienGroupe les Echos Le Parisien

les partenaires ASSOCIÉS

Groupe les Echos Le ParisienGroupe les Echos Le ParisienFondation Ramsay Santé

GRANDS MÉCÈNES MAKE.ORG FOUNDATION

Groupe les Echos Le ParisienGroupe les Echos Le ParisienGroupe les Echos Le Parisien

les partenaires institutionnels

Groupe les Echos Le ParisienGroupe les Echos Le ParisienSecretariat d'état chargé de l'enfance

les partenaires médias

Groupe les Echos Le ParisienGroupe les Echos Le ParisienGroupe les Echos Le ParisienGroupe les Echos Le Parisien

les partenaires experts

Pourquoi cette consultation ?
Chaque année, en France, on déplore plusieurs dizaines d’infanticides, des milliers d’enfants subissent des maltraitances, sont victimes d’inceste et de pédocriminalité, de harcèlement, sont délaissés, ou vivent sous le seuil de pauvreté.

Des drames que la crise du Covid-19 a encore aggravés.

Pour mobiliser l’ensemble de la société civile contre ce fléau, Make.org et ses partenaires lancent la Grande Cause pour la Protection de l’Enfance, qui a débuté par une consultation citoyenne nationale.

En savoir +
Cette consultation a été initiée avec
Kering
La Banque Postale
Wavestone
Mediatransports
Bayard
Partagez cette consultation
Le contexte
Alors que les violences faites aux enfants sont au cœur de l’actualité, Make.org et ses partenaires, ont mené, du 23 septembre au 22 novembre 2020, une consultation nationale autour de la question “Comment protéger les enfants contre toutes les formes de violences ?”. Les priorités exprimées par les citoyens lors de cette consultation permettront de bâtir un plan d’actions pour lutter concrètement contre ce fléau.
Chiffres-clés
70 923
participants
4 293
propositions
508 536
votes
Le TOP 11 des idées plébiscitées, regroupées en 4 Axes
À leur arrivée sur la plateforme, les meilleures propositions des citoyens sont regroupées en grandes idées qui structurent la consultation. Pour classer ces idées, l’algorithme Make.org tient compte des votes « pour » et « contre » ainsi que des mentions « coup de », « réaliste », « banalité » et « surtout pas ! ».
Axe 1 : Procédures judiciaires et sanctions
Améliorer le suivi judiciaire des enfants
91% D’accord
Coup de cœur 25%    Réaliste 26%
Faire évoluer la loi sur les violences sexuelles et l’inceste
90% D’accord
Coup de cœur 40%    Réaliste 28%
Axe 2 : Détection, signalement
Former toute personne destinée à travailler auprès d'enfants à détecter les signes de violence
94% D’accord
Coup de cœur 20%    Réaliste 26%
Favoriser la prise de parole des enfants et les écouter davantage
91% D’accord
Coup de cœur 16%    Réaliste 25%
Améliorer les processus et les outils de détection et de signalement des violences
87% D’accord
Coup de cœur 30%    Réaliste 26%
Axe 3 : Sensibilisation, prévention
Sensibiliser les enfants, notamment à l'école
93% D’accord
Coup de cœur 25%    Réaliste 25%
Mieux sensibiliser et protéger face aux cyberviolences
91% D’accord
Coup de cœur 16%    Réaliste 27%
Sensibiliser l’ensemble de la population sur les violences infantiles et briser le tabou de l’inceste
90% D’accord
Coup de cœur 27%    Réaliste 21%
Axe 4 : Prise en charge
Améliorer la prise en charge psychologique et matérielle des victimes
92% D’accord
Coup de cœur 33%    Réaliste 22%
Améliorer le fonctionnement de la Protection de l'Enfance
91% D’accord
Coup de cœur 19%    Réaliste 30%
Mieux prendre en charge et accompagner les personnes violentes ou à risque
91% D’accord
Coup de cœur 15%    Réaliste 26%
La cartographie du débat
Les thèmes plébiscités 
Les acteurs cités
Les types de violences
Les thèmes plébiscités 
Les acteurs cités
Les acteurs cités
Les types de violences
Ça chauffe ! Les idées les plus controversées
Les idées “controversées” témoignent d’un clivage important au sein de la société : elles recueillent globalement autant d’adhésion forte que de net rejet.
La mise en place d’un permis autorisant à avoir un enfant
D'accord 31%    Pas d'accord 49%    Neutre 20%
La mise en place d’un suivi obligatoire pour tous les parents
D'accord 42%    Pas d'accord 34%    Neutre 24%
La place des grands-parents au sein de la famille
D'accord 45%    Pas d'accord 33%    Neutre 22%
L’application de sanctions comme la stérilisation ou la castration chimique.
D'accord 46%    Pas d'accord 34%    Neutre 20%
Le rétablissement de la peine de mort
D'accord 38%    Pas d'accord 45%    Neutre 17%
L’interdiction d’accès de certains sites et réseaux sociaux
D'accord 41%    Pas d'accord 35%    Neutre 24%
Qui a participé à cette consultation ?
Répartition des participants par région
Répartition par âge
Répartition des participants par genre
Répartition des participants par région 1/2
Répartition des participants par région 2/2
Participation par âge
Une majorité de femmes
Partagez cette consultation

Le plan d'actions de la société civile

Le plan d'actions sera dévoilé mercredi 22 septembre 2021.