Communiqués de presse

Résultats de la CONSULTATION "Stop aux Violences Faites aux Femmes"

Publié le
16/2/2018
, mis à jour le
16/2/2018
La phase de consultation de "Stop aux Violences Faites aux Femmes'", première Grande Cause lancée par Make.org, vient de se terminer. Nous vous livrons ci-dessous les principaux enseignements et les solutions qui ont été jugées prioritaires par l'ensemble des contributeurs.

Le 25 novembre 2017, Make.org lançait sa première Grande Cause, en partenariat avec la Fondation Kering, Facebook, Engie, le magazine ELLE, TF1, l’Obs et les principales associations engagées dans la lutte contre les violences de genre. Le but ? Lancer une grande consultation à l'échelle nationale pour permettre de recueillir des solutions concrètes au problème des violences faites aux femmes.

Deux mois plus tard, plus de 400 000 contributions ont été recueillies sur la plateforme de l'opération. À ce succès vient s'ajouter la satisfaction de constater la très forte mobilisation des jeunes et des hommes tout au long de la consultation. Ainsi, à l'image de nos ambassadeurs (Golshifteh Farahani, Teddy Rinner, etc), ce sont des femmes et des hommes de tous horizons et de tout âge qui ont décidé de joindre leurs intelligences pour faire changer les choses.

Parmi les 4300 propositions déposées par les internautes sur notre plateforme, 17 ont particulièrement émergées (maximisant l'engagement, l'adhésion et le réalisme). Celles-ci ont été discutées, lors des ateliers de transformation des 9 et 14 février 2018, par les citoyens, les associations, les entreprises et les institutions partenaires. Make.org s'engage à réunir autour de la table de nombreux acteurs de la société civile, dans le but de transformer ces propositions en actions concrètes. Ces dernières seront présentées publiquement le 8 mars prochain, lors de la Journée Internationale des Femmes.

Découvrir l'intégralité des résultats

Quelles sont les 17 idées émergentes ?

1. Renforcer les méthodes de signalement (numéros, applis, boutons SOS, boîtiers...)

"Il faut développer une application pour que les femmes puissent signaler leur agression en déclenchant une alarme sur des téléphones voisins." (Jeannine)

"Il faut créer un numéro d'appel gratuit ouvert 24h/24 aux hommes et femmes harcelés, avec des individus formés pour les aider et les écouter." (Marc-Antoine)

2. Développer les lieux d'accueil et de prise en charge d'urgence des victimes

"Il faut un lieu gratuit d'accueil, d'écoute et de soutien juridique et psycho pour les femmes qui subissent des violences et ouvert 24h/24." (Sylvie)

"Il faut créer un lieu d'hébergement pour les femmes battues et éviter un retour à leur domicile qui pourrait leur être néfaste." (Clément)

3. Créer un enseignement dédié dans les cursus scolaires et universitaires

"Il faut éduquer les enfants dès le plus jeune âge sur les notions d'égalité en droit et en traitement, de consentement et de respect d'autrui." (Emanuela)

"Il faut proposer aux élèves des collèges et lycées une sensibilisation sur les agressions sexuelles et les viols, les peines encourues…" (Stéphanie)

4. Encourager et sensibiliser à l'intervention des tiers et témoins

"Il faut sensibiliser les populations afin qu'elles sachent et veuillent intervenir lorsqu'elles sont témoins d'une agression." (Benoit)

"Il faut sensibiliser aux signes de violences pour réagir avant qu'il ne soit trop tard, car les femmes ont souvent peur de dénoncer." (Laura)

5. Créer des groupes ou réseaux d'entraide entre victimes

"Il faut créer des groupes de paroles pour les femmes et les hommes ayant vécu des violences sexuelles pour s'unir quel que soit notre sexe." (Gilian)

"Il faut proposer des marraines pour soutenir les victimes : écoute, aide aux démarches, appui." (Catherine)

6. Revoir l'éducation sexuelle à l'école

"Il faut donner de vrais cours d'éducation sexuelle, pas de la bio, des cours où on parlerait de sexe dans son aspect humain et psychologique." (Élisa)

"Il faut mettre en place un enseignement des rapports amoureux à l'école pour lutter contre les clichés et les idées reçues." (Mickael)

7. Élever de la même manière les filles et les garçons

"Il faut dès l'enfance ne plus distinguer tout ce qui sépare les genres, que ce soit les jouets, les couleurs, les métiers etc." (Lulu)

"Il faut éduquer les filles et les garçons de la même façon, au-delà des stéréotypes." (Romane)

8. Former les personnels de la police et de la justice

"Il faut que TOUS les magistrats soient formés aux violences faites aux femmes." (Anne)

"Il faut mieux former les policiers à recevoir les victimes lorsqu'elles déposent leurs plaintes. Qu'ils soient une aide, et non un frein." (Margaux)

9. Apprendre le self-defense aux femmes ou petites filles

"Il faut montrer aux femmes comment se défendre en cas d'agression." (Fabio)

"Il faut des ateliers d'autodéfense verbale et physique dès l'école primaire (méthodes Wendo, Femdochi, Seito Boei)." (Chan)

10. Mettre en place l'égalité des salaires

"Il faut qu'une femme soit payée comme un homme à compétences égales." (Nico)

"Il faut un organisme de contrôle pour assurer un salaire égal homme-femme pour la même qualification." (Léo)

11. Lutter contre les fausses accusations et les caricatures

"Il faut arrêter de voir les hommes comme de potentiels agresseurs et les femmes comme de potentielles victimes." (Emma)

"Il faut être exigeant sur les preuves quand on accuse quelqu'un." (Stephan)

12. Faire en sorte que la justice soit plus sévère et mieux appliquée

"Il faut augmenter la peine encourue par l'homme en cas de violences sur sa femme pour qu'elle n'ait pas peur des représailles." (Marie)

"Il faut faire en sorte que la justice française ne minimise pas les faits et que les auteurs soient réellement punis." (Patrice)

13. Briser la loi du silence et permettre aux femmes de dénoncer

"Il ne faut pas avoir peur de trop en parler, de trop agir, de trop crier nos droits, ce que nous subissons est réel." (Mathilde)

"Il faut faire témoigner des femmes dans les lycées et universités afin d'informer et d'encourager les victimes d'agression à porter plainte." (Fiona)

"Balance ton porc", "Me Too" : "Il m'est arrivé de ne rien faire. Ça ne se reproduira plus"

14. Soutenir les enfants témoins de violences conjugales

"Il faut mettre en place des suivis d'enfants témoins de violence conjugale." (Antoine)

"Il faut écouter les enfants à l'école pour déceler les violences au sein de la famille et intervenir dès le plus jeune âge." (Carole)

15. Autoriser le signalement des violences par le médecin

"Il faut donner la possibilité aux médecins des hôpitaux de signaler aux autorités une femme battue par son conjoint." (Bérénice)

16. Prendre en charge et sécuriser les victimes dès les premières violences / plaintes

"Il faut que la police prenne au sérieux les viols et les femmes/enfants battus et qu'elle réagisse très vite. Des femmes meurent battues." (Éléa)

"Il faut offrir un service de protection aux femmes battues après qu'elles aient divulgué la culpabilité de leur conjoint." (Lili)

Harcèlement sexuel : dénoncer c’est bien, protéger c’est mieux

17. Reconnaître les violences psychologiques au même titre que les violences physiques

"Il faut reconnaître les violences psychologiques comme aussi destructrices que les violences physiques." (Jocelyne)

"Il faut que tout le monde sache ce qu'est la violence verbale." (Josiane)

Contact
Conditions d'utilisation
Politique de données
Mentions légales