Communiqués de presse

#STOPVFF : Le Plan d'actions de la société civile pour lutter contre les violences faites aux femmes - Version détaillée

Publié le
7/3/2018
, mis à jour le
8/3/2018
Depuis le 25 novembre 2017, 32 associations et startups, 400.000 citoyen.nes, la Fondation Kering, Facebook et la Région Île-de-France ont travaillé ensemble avec Make.org pour élaborer le premier plan d’actions de la société civile contre les violences faites aux femmes. La coalition #StopVFF ambitionne de déployer 8 actions nationales pour réduire significativement les violences faites aux femmes.

Ces actions ont toutes été inspirées par des propositions citoyennes issues de la consultation StopVFF.org clôturée le 31 janvier dernier. Elles ont été construites avec les associations spécialisées lors d’ateliers de transformation les 9 et 14 février en présence de la Secrétaire d’Etat chargée de l’Égalité Femmes-Hommes Marlène Schiappa. Sélectionnées pour leur impact à l’échelle nationale, elles couvrent différents types de violences faites aux femmes et s’échelonnent le long du parcours potentiel d’une victime, de la prise de conscience au signalement auprès des professionnel.les, à la recherche de solutions pour être hébergées.

Un plan d’actions en 8 initiatives décisives

  1. Certif Soutien Femmes : Élaborer une formation continue qualifiante de grande ampleur des personnes en relation directe avec les femmes victimes de violences
  2. Cartoon + : Intégrer le sujet des violences faites aux femmes dans les scénarios de dessins animés
  3. 3919 ++ : Renforcer le dispositif du 3919 à destination des femmes victimes de violences (conjugales et autres) en particulier grâce à la mise en place d’un chat
  4. Abri d’urgence : Mettre à disposition temporairement des nuitées d’hôtels pour les femmes victimes de violences conjugales ou intrafamiliales
  5. Mémo de vie : Offrir un service d’enregistrement rapide des agressions (témoignages et photos) pour garder une trace et faciliter le dépôt de plaintes lorsque la victime est prête
  6. Campagne Témoins : Développer la mobilisation des témoins par le biais d’une campagne de communication dans les transports
  7. Pas seule : Proposer une plateforme de mise en relation entre victimes d’un agresseur commun dans le milieu professionnel, en entreprises ou à l’universités
  8. Je suis citoyen.ne : Développer et diffuser une appli de services d’entraide entre citoyen.ne.s, en particulier en faveur des femmes
Plus de détails sur les 8 actions

Comment permettre une formation massive des fonctionnaires et autres professionnels impliqués dans la lutte contre les violences faites aux femmes ?

1. CERTIF SOUTIEN FEMMES : une formation continue qualifiante des personnes en rapport direct avec les femmes victimes de violences

Certif Soutien Femmes est un ensemble de formations continues et certifiantes sur la déconstruction des stéréotypes, le repérage, l’accueil des femmes victimes de violences  et à leur orientation pour un suivi vers les structures spécialisées. En complément des formations initiales des médecins et des sages-femmes, de la fiche réflexe à destination des policier.e.s et des gendarmes sur l’audition des victimes de violences en particulier sexuelles, cette formation permettra également de toucher massivement d’autres métiers comme pharmacien.ne.s, infirmier.ère.s, assistant.e.s sociaux.ales ainsi que les professionnel.le.s de l’enseignement, de la petite enfance et des jeunes publics mais aussi des responsables des Ressources Humaines des entreprises. Chaque parcours de formation en ligne pourra être déployé rapidement, à large échelle, tout en répondant au contexte spécifique de chaque corps de métier.

→  Proposition citoyenne initiale : “Il faut former les policiers et les magistrats aux violences faites aux            femmes” - Aurélie

→  Objectif : 20.000 policier.e.s et gendarmes, 10 000 professionnel.les de l’éducation, 10.000 pharmacien.ne.s, médecins et infirmiers.ères, 1.000 assistant.e.s sociaux, 1.000 RH  par an.  

→  Partenaire porteur de l’action à l’étude : OpenClassrooms

→  Autres partenaires envisagés : Ministère et MIPROF pour les formations de fonctionnaires, Le            Centre Hubertine Auclert, Femmes Solidaires, les associations de lutte contre les violences ayant un            centre de formation agréé, Amicale du Nid, Elu.e.s contre les Violences faites aux Femmes, Chaire de            Philosophie à l’Hôpital, La Fabrique Spinoza

→ Etapes suivantes Make.org  : Création du parcours éducatif etMontage du financement à hauteur de 70 000€ initial par catégorie et 20€ par personne formée - Lancement Q1 2019

Comment changer l’image des femmes et sensibiliser massivement les jeunes publics aux violences faites aux femmes ?

CARTOON + : une sensibilisation des enfants à travers les programmes jeunesse

Nous voulons intégrer, dans les dessins animés, les sujets des stéréotypes sexistes et des violences faites aux femmes. La création du “comité sensibilisation VFF” (Violences Faites aux Femmes) regroupant les diffuseurs, les producteurs, le Centre national du Cinéma (CNC) et le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) marquera la première étape d’engagement du secteur.

→  Proposition citoyenne initiale : “Il faut que l'on apprenne aux enfants le respect de l'autre sexe, fille et       garçon, les faire débattre sur le sujet.” - Ange

→  Objectif : 30% des 5-7 ans sensibilisés

→  Partenaires porteurs de l’action : Chiennes de garde, Osez le Féminisme !

→  Autres partenaires envisagés : CSA, CNC, TF1, France Télévision, M6, Gulli, Gaumont, Netflix

Etapes suivantes Make.org et Chiennes de garde : Développer du contenu pertinent pour diffusion à        partir de Q4 2019

Comment renforcer l’écoute, l’aide et la prise en charge des victimes ?

3.3919++ : un renforcement du 3919

Avec 60 000 appels reçus par an, le 3919 ouvert 7j/7 est la pierre angulaire de l’écoute des femmes victimes de violences, en particulier conjugales, en lien avec les partenaires qualifiés (mariages forcés, mutilations sexuelles féminines, violences sexuelles y compris au travail, prostitution...). Il pourrait être renforcé pour permettre 20% de prise en charge en plus par an et étendu grâce à la mise en place d’un chat.

→  Proposition citoyenne initiale : “Il faut que la Loi du silence disparaisse à jamais en incitant les           victimes et témoins à parler et qu’elles soient crues.” - Marie

→  Objectif : 20% d’appels pris en charge en plus

→  Partenaires porteurs de l’action : La Fédération nationale Solidarité Femmes (FNSF), En avant           toute(s)

→  Étapes suivantes Make.org, la FNSF et En Avant Toute(s) : Soutien à la recherche du financement de     500 000 € par an, pour renforcer l’équipe de professionnelles, acquérir du nouveau matériel, ouvrir un          tchat  - Mise en œuvre Q4 2018

Comment mettre en sécurité des femmes et leurs enfants en danger dans leur foyer ?

4. ABRI D’URGENCE : une mise à disposition temporaire d’hôtels pour les femmes victimes de violences conjugales ou intrafamiliales

Le service Abri d’Urgence permettra de mettre à disposition des associations engagées dans la lutte contre les violences faites aux femmes, jusqu’à 50 000 nuitées par an de trois à sept jours, complémentaires au 115 et aux dispositifs existants, pour les femmes victimes de violences et leurs enfants. Le numéro d’écoute 3919 avec les associations locales spécialisées proposeront un accompagnement hors ou en hébergement.

→  Proposition citoyenne initiale : “Il faut créer un lieu d'hébergement pour les femmes battues et éviter       un retour à leur domicile qui pourrait leur être désastreux” - Clément

→  Objectif :  50 000 nuitées / an

→  Partenaires porteurs de l’action : Maison des Femmes de Saint-Denis, Tremplin 94 SOS Femmes,          Réseau d’hébergement Solidarité Femmes

→  Autres partenaires envisagés : Online Travel Agencies (OTA), Groupes hôteliers, Women Safe Institut

→ Étapes suivantes Make.org et Maison des Femmes, Tremplin 94 SOS Femmes, réseau d’hébergement Solidarité Femmes : Rassembler les acteurs et actrices de l'hôtellerie derrière cette action et structurer           le partenariat - Mise à disposition des nuitées en Q2 2019

Comment faciliter les dépôts de plaintes ?

5.MÉMO DE VIE : Un service d’enregistrement rapide des agressions (témoignage et photos) pour faciliter le dépôt d’une plainte

Le service Mémo de vie permettra aux  femmes victimes de violences conjugales et sexuelles, d’initier une première étape pour constituer un historique, de manière complètement confidentielle et sécurisée, avec les dates, les lieux, les situations et les blessures subies (grâce à des photos). Le service sera mis à la disposition de toutes les associations d’accompagnement des victimes et des victimes elles-mêmes.

→  Proposition citoyenne initiale : Il faut prendre en considération les premiers signes d'agression           (conjugale ou autres).” - Claire

→  Objectif : Des dépôts de plainte mieux instruits grâce à Mémo de Vie

→  Partenaires porteurs de l’action : Fédération Nationale Solidarité Femmes, France Victimes

→  Autres partenaires envisagés : Fondation des Femmes, Heropolis

→  Étapes suivantes Make.org, France Victimes : Montage du financement à hauteur de 100.000€ initial      et 30.000€/an - Lancement Q1 2019

Comment sensibiliser les témoins de violences ?

6. CAMPAGNE TÉMOINS : Sensibiliser à l’intervention des témoins par le biais d’une campagne de sensibilisation dans les transports

Notre partenaire La Région Île-de-France conduit une vaste campagne de sensibilisation des victimes et témoins dans les transports d’Île de France depuis le 5 mars pour engager les témoins de violences à agir et à ne pas rester passifs. Cette campagne, initiée depuis plusieurs mois par la région Île-de-France, la SNCF et la RATP, a été confortée par les résultats de la consultation citoyenne. La coalition pourra étendre ce principe de campagne d’interpellation et de sensibilisation des Témoins dans d’autres régions.

Proposition citoyenne initiale :Il faut sensibiliser les populations afin qu'elles sachent et veuillent           intervenir lorsqu'elles sont témoins d'une agression.” - Benoît

Objectif : Duplication du principe de la campagne Île-de-France dans toutes les régions françaises

Partenaire porteur de l’action : Osez le Féminisme !

→ Autres partenaires envisagés : Autres régions françaises

Etapes suivantes Make.org et la Région Ile de France : Mesurer l’impact de la campagne 

Île-de-France. Rassembler les autres régions et déployer une campagne “Témoins” - Lancement          multirégional : Q1 2019

Comment libérer la parole en entreprises et universités ?

7. PAS SEULE : Une plateforme de mise en relation entre victimes d’un agresseur commun en entreprises ou à l’université

Le service Pas Seule permettra à toute victime de harcèlement ou d’agression en entreprise et à l’université de déclarer confidentiellement son agresseur sur une plateforme sécurisée et d’être mise en contact, le cas échéant, avec les autres victimes du même auteur des faits. Cela leur permettra de se soutenir pour mener une démarche vis-à-vis de leur entreprise ou de leur université. Cette plateforme permettra également de proposer aux victimes la mise en relation avec le 3919 et les associations spécialisées selon les types de violences subies et un signalement anonyme.

Proposition citoyenne initiale :Il faut des réseaux d’échange entre les victimes pour briser le tabou           de la honte et de l’isolement” - Leila

Objectif : rassembler 10 grandes entreprises et 10 Universités

→ Partenaire porteur de l’action : Fondation des Femmes

→ Autres partenaires envisagés : Women Safe Institut, Not A Puppet

→ Etapes suivantes Make.org : Montage du financement à hauteur de 100 000€ initial et 30 000€/an           et rassemblement des organisations porteuse de l’initiatives (entreprises et universités) - Lancement            Q1 2019

Comment favoriser l’entraide entre citoyen.ne.s au quotidien ?

8. JE SUIS CITOYEN.NE : Appli de services d’aide entre citoyens

Je Suis Citoyen.ne est une application quipermet de mobiliser le maximum de Français.es et d’offrir un service pour que chaque citoyen.ne devienne actif pour soutenir les personnes qui en ont le plus besoin autour de soi : par ex co-piétonnage à des heures tardives des femmes, mise en relation avec les services d’urgence (15, 17 et 18), alarme pour faire sonner le téléphone des personnes environnantes en cas d’agression… Cette application permettra de reconstruire un climat de confiance pour que chaque femme se sente bien et en sécurité dans l'environnement public. Elle sera mise en avant par les 4 opérateurs télécom, intégrée dans un programme de formation de la JAPD, promue systématiquement au moment du passage à la retraite.

Proposition citoyenne initiale : “Il faut développer une application pour que les femmes puissent           signaler leur agression en déclenchant une alarme sur des téléphones voisins” - Jeannine.

Objectif & timing : 1 million de téléchargements/an

Partenaire porteur de l’action : Fondation Make.org

Autres partenaires envisagés : Association pour le Développement de la Santé des Femmes,           HandsAway, Mon Chaperon, Safety, Ministère des Armées (DSNJ), Bouygues, Orange, SFR, Free, Klesia, Apple Store et Android Market

Etapes suivantes Make.org et Fondation Make.org : Montage du financement à hauteur de 200.000€    initial et 50 000€/an - Lancement Q3 2019

Toutes ces actions seront développées avec les associations référentes, des start-up et en s’appuyant pour le déploiement, sur les citoyens réengagés.

StopVFF en chiffres

7,3 millions de personnes touchées par la consultation citoyenne en ligne

400 000 contributeurs

1 250 000 votes

4 300 propositions

51 actions identifiées avec les associations lors des ateliers de transformation

8 actions retenues

Les acteurs de la coalition

400 000 citoyen.nes dont une centaine de personnalités

les partenaires fondateurs : Make.org, la Fondation Kering et Facebook

“Les violences faites aux femmes sont un des fléaux majeurs de notre société. Leur ampleur nécessite la mobilisation très large de la société civile pour effectivement changer durablement les mentalités et les comportements dans chaque ville, chaque village, chaque quartier, chaque foyer.” explique Axel Dauchez, Président de Make.org.

"Depuis près de 10 ans, la Fondation Kering lutte contre les violences faites aux femmes. Grâce à cet engagement fort du Groupe et de son président, François-Henri Pinault, nous avons porté ce sujet pour lui donner une plus grande visibilité et permettre une meilleure prise en charge des femmes victimes. Je suis fière que la Fondation Kering soit aux côtés des associations spécialisées pour transformer les idées issues de la consultation Make.org en huit actions clés." explique Marie-Claire Daveu la Directrice du Développement durable et des Affaires institutionnelles internationales de Kering.

les partenaires soutien : la Région Ile de France, la Fondation FACE, ELLE, TF1, l’Obs, RTL Girls, Les Éclaireuses, Amina Magazine

les associations et start-up de référence : Fédération Nationale Solidarité Femmes, Osez le Féminisme!, Chiennes de Garde, France Victimes, En avant toute(s), Femmes Solidaires, Ni Putes Ni Soumises, Fondation des Femmes, Amicale du Nid, Fédération Nationale GAMS, Women Safe Institut, La Cimade, Femmes de la Terre, Une femme un toit, IRTS Nouvelle-Aquitaine, Mouvement du Nid, Collectif Féministe Contre le Viol, Samusocial de Paris, Projet Imagine, Elu.e.s contre les violences faites aux femmes, Centre Hubertine Auclert, Not a Puppet, La Chaire de Philosophie à l’Hôpital, Observatoire féminin, Union des Femmes de Martinique, La Fabrique Spinoza, La Maison des Femmes Saint-Denis, Association pour le Développement de la Santé des Femmes, JUMP, HandsAway, Mon Chaperon.

Avec le soutien du Comité ONU Femmes France.

La Fondation Kering

Créée en 2008, la Fondation d’entreprise Kering lutte contre les violences faites aux femmes. Pour renforcer son impact, la Fondation centre ses actions sur trois causes en priorité : les violences sexuelles, les pratiques traditionnelles néfastes et les violences conjugales, dans les trois régions d’implantation du Groupe, avec une attention particulière à la situation des femmes migrantes et réfugiées.

La Fondation soutient des projets portés par des ONG locales, accompagne des entrepreneurs sociaux et organise des campagnes de sensibilisation, tout en impliquant les 44 000 collaborateurs de Kering.

La Fondation Make.org

Créée en 2016, aux côtés de l’entreprise Make.org, la Fondation Make.org a pour objet de développer et soutenir toute action d’intérêt général à caractère éducatif, scientifique, social et/ou culturel contribuant à renforcer la vitalité de l’engagement citoyen.

Dans cette perspective, elle s’appuie sur la société civile dans son ensemble et sur ses initiatives pour créer, développer, relayer tous messages et/ou projets susceptibles de favoriser un plus grand engagement des citoyens dans la vie civique et démocratique.

Contacts Make.org :

Amina N’Diaye : 07 68 61 60 05

Estelle Colas : 06 87 60 53 77

Clémence Lopez : 06 67 25 36 63

Contact
Conditions d'utilisation
Politique de données
Mentions légales