Partagez
cet article
Le Monde d'Après

ÉVÉNEMENT. Révélation des résultats de la consultation citoyenne “Inventons le monde d’après”

Le Monde d'Après

ÉVÉNEMENT. Révélation des résultats de la consultation citoyenne “Inventons le monde d’après”

Partagez cet article
Le 28 mai, lors d’une conférence virtuelle, les partenaires d’“Inventons le monde d’après” et plusieurs citoyens ayant participé à la consultation ont présenté les 14 consensus identifiés, ainsi que les prochaines étapes de l’initiative.

Menée du 10 avril au 25 mai 2020 sur la plateforme Make.org, la consultation citoyenne “Comment inventer tous ensemble le monde d’après ?” a réuni 165 000 participants, plus de 20 000 propositions et 1,7 million de votes. Cette participation massive montre un fort désir des citoyens de s’exprimer dans cette période difficile, et d’être associés aux décisions clés pour la construction du monde de l’après crise du Covid-19.

Le 28 mai, lors d’une conférence virtuelle, les partenaires d“Inventons le monde d’après” - La Croix-Rouge française, le WWF France, Make.org, le Groupe SOS, le Mouvement UP et Unis-Cité - ont révélé les 14 idées plébiscitées lors de cette consultation, ainsi que les prochaines étapes de l’initiative. Ils ont également dialogué avec plusieurs citoyens venus présenter leurs propositions, et apporté leur éclairage dans le contexte de crise sanitaire et économique que nous traversons.

En introduction, Axel Dauchez, le président de Make.org, revient sur la genèse d’“Inventons le monde d’après” et détaille les 14 idées plébiscitées par les citoyens lors de la consultation : “Cette initiative a été un élan : nous nous sommes retrouvés dès le début du confinement, avec tous les partenaires, et naturellement, nous avons eu envie de prendre la main sur ce que pourrait être le monde d’après. Dans cette communauté d’épreuve inédite, avec du temps pour réfléchir et une incertitude par rapport au futur, nous avons identifié une envie des citoyens de prendre part à ce monde d’après. Cette initiative vise donc à mettre toute notre énergie, non pas sur le monde probable, mais au service du monde souhaitable.”


S'engage ensuite un dialogue, autour de certaines de ces idées, entre des citoyens ayant participé à la consultation et les partenaires d'"Inventons le monde d'après". Des échanges animés par Macha Binot, rédactrice en chef du Mouvement UP.


💡 Idées plébiscitées : Favoriser la consommation locale et les circuits de proximité / Se diriger vers une agriculture alternative

La proposition de Xavier : Il faut recentrer la politique agricole commune sur les petites exploitations vendant en circuits courts.

Xavier, 54 ans, part du constat que “nous ne sommes autosuffisants que sur les céréales, alors que pour le reste, en particulier les cultures vivrières et maraîchères, nous le sommes à moins de 50%”. Favoriser les circuits courts permettrait donc, selon lui, “une relocalisation de notre production agricole et une meilleure autosuffisance, moins de transports, une consommation de saison avec une empreinte écologique moindre, et une meilleure santé alimentaire.”

Pour Véronique Andrieux, directrice Générale du WWF France, “cette crise du Covid a été une sonnette d’alarme pour nous montrer à quel point nous sommes allés trop loin dans la destruction du vivant”. Selon elle, la crise a notamment mis en lumière “les limites et les contraintes du modèle agricole et la dépendance aux importations, qui mettent en risque la sécurité et la souveraineté alimentaire de la France, tout en créant une déforestation massive pouvant conduire à de nouvelles zoonoses”. Véronique Andrieux voit donc aujourd’hui “l’opportunité ou jamais de sortir d’une agriculture industrielle pour entrer dans une agriculture diversifiée, résiliente, reterritorialisée et centrée sur l’agro-écologie”. Comme Xavier, elle préconise que “les circuits courts et de proximité, qui ont un taux d’exploitation en agriculture biologique plus élevé, et qui contribuent à la vitalité des territoires, se pérennisent après la crise”.


💡 Idée plébiscitée : Relocaliser certains secteurs économiques stratégiques en France et en Europe

La proposition de Julia : Il faut relocaliser la production des produits vitaux : alimentation, produits pharmaceutiques, textiles.

Julia observe que “cette crise sanitaire nous a montré une limite concrète du libre-échange : on a compris à quel point on était devenus hyperdépendants d’autres pays, comme la Chine, pour produire des biens de première nécessité. On s’est rendus compte qu’en France, on n’était plus capables de produire des médicaments, des masques, des surblouses, pour notre propre population. C'est un peu effrayant”. Selon elle, relocaliser certains secteurs vitaux permettrait de “recréer de l’emploi et de lutter contre le changement climatique, en limitant les échanges à l’international et en rapprochant les lieux de production des lieux de consommation de ces biens”. Ces relocalisations nous permettraient également “d’être plus résilients”, car en cas de nouvelle crise, “nous aurions la main sur nos chaînes de production, et nous serions plus réactifs et plus autonomes pour les faire repartir et répondre aux besoins de notre population”. Pour conclure, Julia estime que “ce moment très historique, complètement inédit, unique, nous permet de prendre collectivement du recul et de réfléchir ensemble à une croissance plus locale, plus sociale et écologiquement soutenable”.

Jean-Marc Borello, président du Groupe SOS, juge la proposition de Julia “essentielle”, car selon lui, le défi du monde d’après sera de “considérer au même niveau l’impact économique, l’impact écologique et l’impact social de nos entreprises”. “Il ne peut pas y avoir de transition écologique s’il n’y a pas d’accentuation de la solidarité, dit-il, car l’économie n’a de sens que si elle est au service de l’intérêt général.”


💡 Idée plébiscitée : Rendre plus attractifs les métiers de la santé et donner plus de moyens aux hôpitaux

La proposition de Véronique : Il faut que les salaires du milieu hospitalier (aide soignante, infirmières) soient réévalués de suite.

Véronique, 45 ans, est coach sportive, maître-nageur et professeure de yoga près de Montpellier. Fille d’une infirmière qu’elle dit avoir vu travailler sans relâche “tôt le matin et tard le soir pendant quarante-sept ans”, elle dit avoir été “profondément bouleversée, choquée par cette crise et la violence des inégalités sociales”. “Je ne comprends pas pourquoi on a attendu si longtemps pour découvrir ces flux tendus dans les hôpitaux, alors que les personnels hospitaliers ont manifesté, fait des grèves.” Selon elle, “pour que les salaires atteignent la moyenne de ceux de l’OCDE, il faudrait les augmenter de 450 euros”. Elle déplore enfin que “certains métiers qui ne sont pas aussi nécessaires que ceux du sanitaire et du milieu hospitalier aient des salaires anormalement élevés par rapport à ces professions qui nous paraissent tellement importantes.”

“Cette crise nous a montré à quel point il était nécessaire de reconnaître et de valoriser l’engagement de ces métiers essentiels, exigeants et parfois ingrats”, confirme Jean-Christophe Combe, directeur Général de la Croix-Rouge française. Selon lui, l’attractivité des métiers du soin et du social passera “évidemment par une revalorisation salariale”, mais aussi par “des parcours professionnels plus valorisants pour les soignants” et de “nouvelles façons de travailler ensemble sur le terrain”. “Ce sont des métiers profondément humains, qui ont tous les atouts pour répondre à l’envie d’engagement des jeunes et pour attirer des vocations.” 

Cependant, il souligne que “la santé ne se réduit pas à l’accès aux soins ; c’est une approche globale qui se mesure aussi par des déterminants sociaux et environnementaux”. Il rappelle en effet que “les personnes les plus précaires sont aussi les plus exposées à la crise sanitaire”. C’est pourquoi “il faut augmenter nos capacités de prévention auprès des personnes les plus vulnérables” et “permettre à chacun d’être acteur de sa propre sécurité et de celle de ses proches”. Enfin, cette consultation a révélé, selon lui, “une profonde envie d’engagement des citoyens, qu’il va falloir transformer en actions dans les mois et les années qui viennent.”


💡 Idée plébiscitée : Repenser l'éducation en faveur et de l'humain et de l'environnement 

La proposition de Caroline : Il faut apprendre aux enfants à l'école comment prendre soin de sa santé et en devenir responsable, notamment par l'alimentation.

Pour Caroline, 43 ans, “apprendre aux enfants certains gestes simples, certaines connaissances, certaines pratiques, peut leur permettre de prendre soin de leur santé le mieux possible et leur donner l’opportunité de grandir le mieux possible et de rayonner leur plein potentiel. En prenant soin de leur santé, ils prennent aussi soin de la planète et de la santé de ceux qui les entourent”.

Selon William Elland Goldsmith, directeur Général du Mouvement UP, “la proposition de Caroline s'inscrit pleinement dans le constat du chercheur et spécialiste de l’innovation pédagogique François Taddéi : il explique que le système éducatif n’est plus adapté au monde dans lequel nous vivons. Pour lui, l’éducation de demain doit reposer sur la coopération et sur la capacité des enfants à trouver collectivement des solutions aux obstacles qui se dressent face à eux. Il observe que les enfants naissent tous chercheurs : ils essaient, se trompent et recommencent jusqu’à trouver le meilleur résultat pour eux. Tout l’enjeu est de faire durer cet état d’esprit, d’être en continu dans une démarche apprenante, et surtout de faire appel à l’intelligence du collectif.” Pour William Elland-Goldsmith, la proposition de Caroline témoigne également de “l’appétence des citoyens pour le débat public, de leur volonté d’y contribuer, de ne pas rester les bras croisés, et de faire collectivement face aux défis qui nous concernent tous”

💡 Idée plébiscitée : Améliorer notre fonctionnement démocratique en donnant plus de pouvoir d'action et de décision au citoyen

La proposition d’Arnaud : Il faut développer la responsabilité locale (démocratie participative).

Arnaud, 39 ans, pense qu’“il faut faire confiance à la maturité des citoyens”. “Les sachants, les experts, sont là pour nous éclairer, mais ceux qui doivent décider sont ceux qui vivent sur place, dans un quartier, dans une ville. Pour cela, il faut donner des moyens d’agir : il existe déjà les conseils de quartier, les budgets participatifs ; je pense qu’il faut aller plus loin et mettre en place des référendums d’initiative locale, comme sur le modèle suisse”.

Marie Trellu-Kane, présidente d’Unis-Cité, observe comme Arnaud, la nécessité de redonner du pouvoir de décision aux citoyens, mais aussi “du pouvoir d’action”. Elle rappelle à ce titre “le nombre impressionnant de bénévoles et de jeunes en Service Civique qui étaient sur le terrain pendant le confinement pour aider”. Selon elle, “le succès du Service Civique depuis dix ans témoigne de cette envie des jeunes, de participer à construire un monde meilleur”. C’est pourquoi elle plaide pour une extension de ce dispositif : “Il faut donner une réponse positive à ce désir d’engagement. Des jeunes qui vont se faire les ambassadeurs d’une meilleure alimentation dans les écoles, qui rendent visite aux personnes âgées isolées, qui aident à favoriser le recyclage, c’est gagnant-gagnant-gagnant.”


Un point de départ 

En conclusion, Axel Dauchez, le président de Make.org, précise que les résultats de cette consultation sont “un point de départ” : “Trop souvent, les actions se confrontent à des clivages et n’arrivent pas à se mettre en oeuvre. Aujourd’hui, nous avons 14 consensus citoyens sur lesquels tout le monde est d'accord, et sur lesquels nous pouvons agir pour changer les choses. Il y a une urgence à réconcilier et reconstruire notre société ; nous pouvons profiter de cette communauté d’épreuve pour la transformer en une communauté d’actions.” 

La suite de cette consultation est également “un appel" : "Un appel aux pouvoirs publics bien sûr, mais aussi à toutes les initiatives civiles qui s’inscrivent dans ces 14 consensus”. Elles sont invitées à se faire connaître ici. Prochain rendez-vous, fin juin : la révélation du plan d’actions pour le Monde d’après !


💡 Découvrir les 14 idées plébiscitées par les citoyens

🎥 Revoir l’intégralité de la conférence


Sur le même thème

Aller + loin

Nos dernières actualités

Découvrir toute notre actualité