Communiqués de presse

#STOPVFF : Le Plan d'actions de la société civile pour lutter contre les violences faites aux femmes - version synthétique

Publié le
7/3/2018
, mis à jour le
8/3/2018
Depuis le 25 novembre 2017, 32 associations et startups, 400 000 citoyen.nes, la Fondation Kering, Facebook et la Région Île-de-France ont travaillé ensemble avec Make.org pour élaborer le premier plan d’actions de la société civile contre les violences faites aux femmes. La coalition #StopVFF ambitionne de déployer 8 actions nationales pour réduire significativement les violences faites aux femmes.

Ces actions ont toutes été inspirées par des propositions citoyennes des 400 000 contributeurs et contributrices de la consultation StopVFF.org qui a eu lieu du 25 novembre au 31 janvier dernier. Elles ont été construites avec les associations spécialisées lors d’ateliers de transformation les 9 et 14 février en présence de la Secrétaire d’Etat chargée de l’Égalité Femmes-Hommes Marlène Schiappa. Sélectionnées pour leur impact à l’échelle nationale, elles couvrent différents types de violences faites aux femmes.

Un plan d’actions en 8 initiatives décisives

1.“Certif Soutien Femmes” : une formation continue qualifiante des professionnels en relation directe avec les femmes victimes de violences. Il s’agit de former des policiers, des médecins, des pharmaciens et des assistants sociaux sur la déconstruction des stéréotypes, le repérage des femmes victimes de violences et leur orientation vers les structures spécialisées. Chaque parcours de formation en ligne pourra être déployé rapidement, à large échelle, tout en répondant au contexte spécifique de chaque corps de métier.

2.“Cartoon +” : une sensibilisation des enfants à travers les programmes jeunesse. Nous voulons intégrer, dans les dessins animés, les sujets des stéréotypes sexistes et des violences faites aux femmes. La création du “comité sensibilisation VFF” (Violences faites aux femmes) regroupant les diffuseurs, les producteurs, le Centre national du Cinéma (CNC) et le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) marquera la première étape d’engagement du secteur.

3.“3919++” : un renforcement du 3919. Il est essentiel de renforcer le numéro national d’écoute et de mettre en place un chat pour répondre à plus d’appels, améliorer le repérage et l’écoute des victimes. Objectif : hausse de 20% de prises en charge supplémentaires par an. La FNSF et les partenaires qualifiés (mariages forcés, mutilations sexuelles féminines, violences sexuelles y compris au travail, prostitution...) soutiendront ainsi davantage de femmes victimes de violences.

4.“Abri d’urgence” : une mise à disposition temporaire d’hôtels pour les victimes de violences conjugales ou intrafamiliales. L’objectif est d’héberger et apporter une aide aux femmes et enfants qui fuient les violences au sein de leur foyer. Grâce au soutien des acteurs de l'hôtellerie, 50 000 nuitées d’urgence seront mises à disposition des associations spécialisées.

5.“Mémo de Vie” : un service d’enregistrement des agressions pour faciliter le dépôt d’une plainte. Enregistrer des preuves de manière sécurisée (témoignages, dates, lieux, photos) pour permettre aux victimes de violences conjugales et sexuelles de garder une trace et de faciliter leur dépôt de plainte lorsqu’elles seront prêtes.

6.“Campagne Témoins” : une campagne de sensibilisation des témoins. Parce que les témoins sont souvent passifs et ignorants des comportements à adopter, nous voulons sensibiliser les témoins de violences à agir dans les espaces publics. La région Île de France a initié une campagne dans les Transports dès le 5 mars. Nous voulons travailler avec les autres régions pour étendre ce principe de Campagne Témoins à l’échelle nationale.

7.“Pas Seule” : une plateforme de mise en relation entre victimes d’un agresseur commun . Parce qu’on se sent souvent seule et qu’on ne sait pas vers qui se tourner lorsqu’on est victime de violences ou de harcèlement au travail ou en milieu scolaire, il s’agira de pouvoir signaler un agresseur confidentiellement sur une plateforme sécurisée, être mise en contact avec les autres victimes d’un même harceleur et être orientée vers les associations spécialisées. Les capacités d’agir des victimes, vis-à-vis de leur entreprise ou de leur université, seront ainsi renforcée.

8.“Je suis citoyen.ne” : une appli de services d’aide entre citoyens. Nous voulons développer le premier service d’entraide sociale, en lien avec les opérateurs télécoms et les pouvoirs publics (lors des JAPD). Chaque citoyen pourra se déclarer volontaire pour une action près de chez lui : par exemple pour s’engager à faire du “co-piétonnage” à des heures tardives avec des femmes, ou pour déclencher une alarme en faisant sonner les téléphones des personnes à proximité en cas d’agression.

Les acteurs de la coalition

→ 400 000 citoyen.nes dont une centaine de personnalités

→ les partenaires fondateurs : Make.org, la Fondation Kering et Facebook

“Les violences faites aux femmes sont un des fléaux majeurs de notre société. Leur ampleur nécessite la mobilisation très large de la société civile pour effectivement changer durablement les mentalités et les comportements dans chaque ville, chaque village, chaque quartier, chaque foyer.” explique Axel Dauchez, Président de Make.org

"Depuis près de 10 ans, la Fondation Kering lutte contre les violences faites aux femmes. Grâce à cet engagement fort du Groupe et de son président, François-Henri Pinault, nous avons porté ce sujet pour lui donner une plus grande visibilité et permettre une meilleure prise en charge des femmes victimes. Je suis fière que la Fondation Kering soit aux côtés des associations spécialisées pour transformer les idées issues de la consultation make.org en huit actions clés." explique Marie-Claire Daveu la Directrice du Développement durable et des Affaires institutionnelles internationales de Kering.

→ les partenaires soutien : la Région Ile de France, la Fondation FACE, ELLE, TF1, l’Obs, RTL Girls, Les Éclaireuses

→ les associations et start-ups de référence : Fédération Nationale Solidarité Femmes, Osez le Féminisme!, Chiennes de Garde, France Victimes, En avant toute(s), Femmes Solidaires, Ni Putes Ni Soumises, Fondation des Femmes, Amicale du Nid, Fédération Nationale GAMS, Women Safe Institut, La Cimade, Femmes de la Terre, Une femme un toit, IRTS Nouvelle-Aquitaine, Mouvement du Nid, Collectif Féministe Contre le Viol, Samu Social, Projet Imagine, Elu.e.s contre les violences faites aux femmes, Centre Hubertine Auclert, Not a Puppet, La Chaire de Philosophie à l’Hôpital, Observatoire féminin, Union des Femmes de Martinique, La Fabrique Spinoza, La Maison des Femmes Saint-Denis, Association pour le Développement de la Santé des Femmes, JUMP, HandsAway, Mon Chaperon.

Avec le soutien du Comité ONU Femmes France.

Contacts Make.org :

Amina N’Diaye : 07 68 61 60 05

Estelle Colas : 06 87 60 53 77

Clémence Lopez : 06 67 25 36 63

Contact
Conditions d'utilisation
Politique de données
Mentions légales