Partagez
cet article
Agissons Ensemble Pour l'Environnement

Fête de la nature, Noé, Association 4D,  Mobile Film Festival : rencontre avec les partenaires de la Grande Cause Environnement

Agissons Ensemble Pour l'Environnement

Fête de la nature, Noé, Association 4D,  Mobile Film Festival : rencontre avec les partenaires de la Grande Cause Environnement

Partagez cet article
Les associations Fête de la nature, Noé, 4D, et le Mobile Film Festival accompagnent Make.org en tant que partenaire “expert” de la Grande Cause Environnement. (Photo © Guillaume Dambreville - Fête de la Nature)
Fabien Chenel, directeur de l’association Fête de la Nature

Pouvez-vous nous présenter l’action de l’association Fête de la nature ? 

La Fête de la Nature est un événement annuel. En 14 ans, c’est devenu le rendez-vous de référence en France sur le thème de la nature. Nous l’avons créé collectivement en 2007 avec tous les acteurs mobilisés pour la nature qui ont ensuite créé l’association du même nom. Notre objet est de permettre au plus grand nombre de vivre une expérience au contact direct de la nature chaque année. L’événement dure 5 jours et se déroule en mai. Les milliers d’animations proposées sont gratuites, c’est essentiel ! Elles sont organisées par des associations, des collectivités, des entreprises, des particuliers qui partagent leurs savoirs et leur engagement dans une ambiance conviviale et festive. On peut ainsi participer à des balades, des visites guidées, des ateliers… Certains organisent même des festivals sur plusieurs jours... Notre mot d’ordre et le point commun de ces actions : renouer des liens forts avec la nature ! 

Pourquoi avez-vous choisi de vous engager avec Make.org ?

L’idée de la Fête de la Nature est née d’une volonté de rendre la nature accessible à tous les citoyens. Surtout ceux qui en sont parfois privés ou qui ne prennent pas toujours le temps de l’observer… On cherche également à permettre à chacun de devenir organisateur d’un rendez-vous nature pour partager sa passion ou son engagement pour le vivant. Cette ouverture des modalités de participation fait donc partie de l’ADN de l’événement : c’est peut-être cela qui nous rapproche le plus de la démarche de Make.org, cette envie d’embrasser la diversité des avis, des profils, pour faire émerger des projets qui ont du sens. Nous souhaitons aussi saisir ce temps d’engagement collectif de la Grande Cause Environnement pour partager une valeur forte de la Fête de la Nature : il est souvent question dans l’opinion publique d’accès à la culture mais rarement d’accès à la nature ! C’est pourtant un besoin vital comme de nombreuses études ont pu le montrer, et, de notre point de vue, une condition essentielle à l’éducation. A travers notre engagement aux côtés de Make.org, nous souhaitons porter cette vision qui consiste à se reconnecter à la nature qui nous entoure, à prendre le temps d’observer, de ressentir… même si la situation exige l’urgence d’agir.

Quels sont, d'après vous, les enjeux importants et prioritaires de cette Grande Cause Environnement ? 

Les grands chantiers que nous devons entreprendre ou intensifier pour inverser la courbe des dérèglements écologiques (crise de la biodiversité, changement climatique) sont évidents et s’imposent dans l’opinion publique. Des solutions techniques émergeront de cette consultation. Mais revoir le rapport que nous entretenons avec la nature apparaît indispensable : la nature ne doit plus être vue comme un moyen mis au service des civilisations, mais doit devenir une fin en soi. Cela relève presque d’une question philosophique dont la société dans son ensemble doit se saisir. La Fête de la Nature souhaite partager cette vision avec ceux qui contribuent à son appropriation au travers de cette Grande Cause Environnement.

💡 Proposition : Il faut favoriser un droit d’accès à la nature pour tous afin de faire évoluer le rapport que nous entretenons avec le vivant. 

Valérie Collin, secrétaire générale de Noé


Pouvez-vous nous présenter l’action de l’association Noé ?

Association d’intérêt général, Noé a pour mission de sauvegarder la biodiversité. Cette mission s'incarne au travers de programmes de conservation d’espèces et de leurs milieux naturels, mais également à travers des campagnes encourageant le changement de nos comportements en faveur de la biodiversité.

L’érosion actuelle de la biodiversité, la disparition définitive de milliers d’espèces de plantes et d’animaux, la destruction des milieux naturels due aux activités humaines, et la dégradation de notre environnement quotidien, sont inacceptables. Pour y remédier, Noé a choisi de développer des programmes de conservation de la biodiversité en restaurant des habitats favorables à la faune et la flore qui nous entourent. Noé se mobilise donc, en France métropolitaine et à l'international, pour sauvegarder la biodiversité, en reconnectant l’Homme à la nature. 

Pourquoi avez-vous choisi de vous engager avec Make.org ?

Avec sa Grande Cause, Make.org propose de mobiliser la société civile autour de thématiques variées pour impliquer le plus grand nombre dans une dynamique de changement vers une société plus juste et durable, action sur laquelle Noé se retrouve totalement.

De par notre expérience d’accompagnement de divers publics, entreprises, élus, collectivités, citoyens, il nous est apparu naturel de contribuer à notre niveau à cette initiative fédératrice, notamment en communiquant le plus largement possible via nos réseaux, et en mettant à disposition de Make.org l’ensemble de nos contacts partenaires. En outre, cette initiative “Comment agir tous ensemble dès maintenant pour l'environnement ?” vient parfaitement compléter notre campagne nationale dédiée à la sauvegarde de la biodiversité “Urgence biodiversité”, basée sur la mobilisation de toutes les parties prenantes à toutes les échelles du territoire pour la mise en œuvre de programmes de restauration de la biodiversité ordinaire.

Les deux initiatives de Make.org et Noé se rejoignent donc dans leur objectif d’impulser une dynamique durable de mobilisation et d’action en faveur de la biodiversité, afin d’initier des changements profonds dans nos comportements et nos modes de vie.    

Quels sont, d’après vous, les enjeux importants et prioritaires de cette Grande Cause Environnement ?

Aujourd’hui la nature montre de plus en plus de signes d’épuisement. Nous devons faire face à des problèmes environnementaux majeurs et des coûts financiers importants pour pallier les services écologiques que la nature nous rendait gratuitement jusqu’à présent. Nous avons accumulé une véritable dette écologique, qui tout comme la dette publique, menace elle aussi nos économies et notre qualité de vie.

Pour garantir à nos sociétés de pouvoir bénéficier de ces aménités environnementales à long-terme, il nous faut donc rembourser cette dette naturelle par des actions à grande échelle de gestion écologique des milieux naturels : forêts, milieux humides, prairies et milieux agricoles, etc., pour préserver et restaurer la fonctionnalité des écosystèmes.

Il est donc indispensable de :

- préserver la naturalité et l’hétérogénéité des écosystèmes, c’est-à-dire maintenir la diversité des espèces animales et végétales, et l’intégrité des systèmes écologiques, permettant un fonctionnement optimal des écosystèmes

- favoriser leur connectivité, c’est-à-dire maintenir des corridors entre les milieux naturels et garantir une trame verte et bleue efficace.    

💡 Proposition : Il faut que les entreprises mesurent l’ensemble de leurs impacts sur la biodiversité afin de construire avec elles des solutions adaptées. (Voir toutes les propositions de Noé)


Antoine Sanouillet, Coordinateur de l’Association 4D

Pouvez-vous nous présenter l’action de l’Association 4D ? 

Créée en 1992 suite au premier sommet de la terre à Rio, l’Association 4D (Dossiers et Débats pour le Développement Durable) est un think tank citoyen qui a pour objectif de contribuer à la mise en oeuvre du développement durable et à sa promotion, et de favoriser la mise en réseau des acteurs. Elle porte un développement durable exigeant, qui concilie justesse sociale, limites planétaires et prospérité économique pour toutes les sociétés. Elle mène cette mission par différents moyens : débats, études, diffusion d’informations et d’expériences, formation. L'association développe de nouveaux outils pour renforcer la co-responsabilité et la redevabilité pour être à la hauteur des enjeux qui engagent tous les acteurs dans les transitions écologiques, économiques et sociales. 

Forte de ces 25 années d'expérience, l'association 4D s'attache à promouvoir les Objectifs de Développement Durable adoptés en 2015. Pour qu’ils soient réellement transformateurs, ces objectifs doivent être connus, maîtrisés et pratiqués par des acteurs engagés. Nous agissons pour sensibiliser et mobiliser ces acteurs sur l'Agenda 2030 et faire du lien entre eux.

Pourquoi avez-vous choisi de vous engager avec Make.org ?

4D est persuadée que la transition ne se fera pas sans les citoyens. Make.org, via cette concertation et la participation citoyenne, part du même constat.

Nous avons amorcé un narratif et développé des activités pour promouvoir les Objectifs de Développement Durable à hauteur de femmes et d’hommes. Via notre programme "Les ODD et Nous", l'association 4D souhaite faire rencontrer les acteurs du changement : citoyens, porteur de projets, associations, etc. pour montrer que chacun peut s'engager dans les ODD. C'est notamment le projet : "J'empreinte, je m'engage" dont la vidéo est disponible ICI.

Quels sont, d'après vous, les enjeux importants et prioritaires de cette Grande Cause Environnement ? 

Nous souhaitons que la Grande Cause Environnement s'inscrive dans l'Agenda 2030. Les actions proposées par les citoyens seront multi-thématiques et vont nécessairement toucher des aspects sociaux et économiques. Les ODD s'inscrivent dans cette dynamique transversale et permettent d'interroger les actions de façon systémique. Sans cette cohérence d'action, nous ne bifurquerons pas assez vite. C'est pourquoi notre proposition d'action porte sur la gestion environnementale de l'industrie textile mais interroge aussi sur la gestion de l'eau (OOD 6), la consommation responsable des citoyens (ODD 12), la lutte contre les inégalités (ODD 10), un travail décent et le respect des travailleurs (ODD8), etc. 

💡 Proposition : Il faut lutter contre les inégalités sociales et dégradations environnementales liées à l’industrie de la mode, au gaspillage vestimentaire.


Interview de Bruno Smadja, fondateur du Mobile Film Festival 

Pouvez-vous nous présenter l’action du Mobile Film Festival ? 

Le Mobile Film Festival a été créé il y a 15 ans autour d’un principe simple 1 Mobile, 1 Minute, 1 Film. Nous découvrons, valorisons et accompagnons des réalisatrices et réalisateurs du monde entier. Au cours des 3 dernières années, nous avons reçu 3 320 films de 116 pays, généré 65 millions de vues et distribué 183.000 € de bourses d’aides à la production et à l’écriture.

Nous organisons parfois des éditions thématiques. Cette année, en partenariat avec l’ONU, nous abordons le thème “ACT NOW on climate change”, en partenariat aussi avec YouTube Creators for change et 90 ONG. Nous avons reçu 800 films de 91 pays et nous présentons une sélection officielle de 50 films de 24 pays. Tous ces films sont à la disposition du public et d’organismes qui souhaiteraient s’en emparer pour interpeller le public sur les questions climatiques.

En 2020, nous organiserons une édition panafricaine le Mobile Film Festival Africa, ainsi qu’une édition internationale sur le thème “Women’s empowerment”.

Pourquoi avez-vous choisi de vous engager avec Make.org ?

Je suis avec beaucoup d’intérêt Make.org depuis sa création. Vous avez inventé une nouvelle manière de prendre la parole et d’écouter le monde grâce au web, une véritable disruption dans votre domaine !

Quels sont, d'après vous, les enjeux importants et prioritaires de cette Grande Cause Environnement ? 

La question est vitale et existentielle autour du sujet de l’environnement. Les enjeux sont donc tous importants.

La première priorité est de se concentrer sur les entreprises car c’est là que se situent les leviers les plus importants pour avoir un impact à court et moyen terme.

Par la pression citoyenne et consumériste, nous devons faire comprendre qu’elles ne doivent pas attendre la loi pour changer, elles doivent le faire maintenant au risque de perdre beaucoup de clients.

Il faut continuer à éduquer les plus jeunes sur les risques, enseigner les comportements vertueux dans les écoles, les enfants les imposeront eux-mêmes aux parents, enfin il faut enseigner la décroissance aux enfants.

Il faut mettre en place des règles de coercition sur les principaux sujets à impact fort transport, packaging, recyclage et pesticides.

Nous ne pouvons pas attendre les politiques, qui ne prennent pas en compte l’urgence et qui ont une analyse à court terme et électoraliste. Pour autant, nous devons continuer à leur mettre la pression pour changer les règles.  

💡 Proposition : Il faut mettre en place des règles de coercition sur les principaux sujets à impact fort : transport, packaging, recyclage et pesticides. (Voir toutes les propositions du Mobile Film Festival)

🌍 Découvrir la Grande Cause Environnement et participer à la consultation 

Sur le même thème

Aller + loin

Nos dernières actualités

Découvrir toute notre actualité