Partagez
cet article
Donner une chance à chaque jeune

ÉVÉNEMENT. Présentation du bilan de la Grande Cause “Une chance pour chaque jeune”

Donner une chance à chaque jeune
ÉVÉNEMENT. Présentation du bilan de la Grande Cause “Une chance pour chaque jeune”
Partagez cet article
Trois ans et demi après le lancement de la Grande Cause, Make.org et plus de 70 partenaires révèlent, mardi 7 décembre, 7 actions concrètes et impactantes pour donner réellement “une chance à chaque jeune”.

Le 15 avril 2018, Make.org réunissait entreprises, associations, start-ups, institutions et médias de référence pour lancer ensemble un combat sociétal majeur : la Grande Cause “Une chance pour chaque jeune”. Trois ans et demi pour changer la donne, alors que 75% des Français estiment que l’égalité des chances n’est pas une réalité en France, que 80 000 jeunes sont en situation de décrochage scolaire, que cette tranche de la population rencontre de réelles difficultés d’accès à l’emploi et est particulièrement touchée par la précarité. La grande coalition autour de la Grande Cause est fière d’annoncer aujourd’hui les 7 actions concrètes pour donner une chance à chaque jeune. 

Insertion professionnelle, mentorat, mixité sociale, aide à la parentalité, lutte contre le décrochage scolaire, … Les sept actions déployées sont nées de la volonté citoyenne : elles sont la traduction des priorités exprimées par les Français lors d’une consultation massive lancée en avril 2018, par Make.org, BNP Paribas, PwC, Accor, Google et Viva Technology, autour de la question “Comment donner une chance à chaque jeune ?”. Cette consultation a réuni 220 000 participants, 1 663 propositions et 1,5 millions de votes. Les idées plébiscitées par les citoyens ont ensuite été transformées, lors d’ateliers collaboratifs, en actions concrètes. 

Les 7 actions

1. Passeport engagement

Permettre aux jeunes de valoriser leurs engagements associatifs et citoyens, pour qu’ils constituent un levier d’insertion académique et professionnelle.

Alors que la reconnaissance de l’engagement associatif et citoyen est un vrai levier d’accès à l’emploi et aux formations sélectives, seuls 16% des jeunes avec une expérience de bénévolat la font reconnaître. L’objectif a donc été de créer une coalition autour de la valorisation de l’engagement et de l’accompagner dans la conception d’un outil permettant de reconnaître le parcours citoyen et les compétences acquises par une expérience de bénévolat (sur la base des travaux existants de l’association Article 1)

Le passeport engagement est un outil numérique de valorisation du parcours d’engagement associatif et citoyen, diffusable et partageable. Il s'adresse à toutes les personnes qui souhaitent synthétiser leurs expériences  de bénévolat, service civique, volontariat, … et les retranscrire en compétences transversales (sur la base d’un référentiel commun et reconnu) au service de la valorisation du parcours individuel, de l’orientation et de l’insertion professionnelle ou d’un engagement futur.

2. Mentor express

Mobiliser massivement les professionnels à se porter bénévoles sur des missions de mentorat grâce à un dispositif de communication digitale.

A l'ère du coronavirus, la lutte pour l'égalité des chances est devenue plus urgente que jamais ; les inégalités entre les jeunes se creusent en termes d'accès à l'éducation et à l'emploi. C'est ainsi que les programmes de mentorat se présentent comme une solution indispensable. Ce projet vise à favoriser l’atteinte des objectifs du Collectif Mentorat, en multipliant le nombre de mentors qui se portent bénévoles sur les missions de mentorat présentées sur la plateforme JeVeuxAider.gouv.fr, grâce à des campagnes de communication digitale ciblées. 

“L’acquisition” (communication digitale) est une véritable opportunité pour aller chercher des mentors de manière ciblée, en publiant spécifiquement à leur égard des visuels publicitaires promouvant le mentorat. Cette action a ainsi bénéficié d’une campagne nationale sur les réseaux sociaux et Google ads pour les toucher. 

3. Jumelage

Réduire la fracture sociale en permettant à plus de 3 000 élèves par an de travailler avec des enfants de milieux sociaux et géographiques différents, grâce à des projets de jumelage.

Il y a en France un véritable cloisonnement entre les différents milieux sociaux, notamment chez les jeunes qui évoluent dans des cercles assez hermétiques. Ce clivage est accentué dans la période de crise sanitaire où la tendance est, de fait, au repli sur soi.
L’action Jumelage a été créée afin de renforcer l’offre d’eTwinning (plateforme numérique de mise en relation entre enseignants) et de proposer des projets de jumelage franco-français, qui auraient un objectif bien particulier : renforcer la mixité sociale en permettant à des élèves issus de milieux sociaux ou géographiques différents de se rencontrer et de construire ensemble un projet pédagogique innovant.
L’objectif est de déployer ces jumelages partout en France grâce au numérique et de promouvoir la diversité culturelle sur les territoires et l’accès à cette diversité. Des élèves issus de milieux sociaux différents pourront ainsi construire un projet qui leur permettra de découvrir les références culturelles des autres élèves (cinéma, livres, TV, etc.)

4. Alternative décrocheurs

Faire connaître aux décrocheurs scolaires les écoles de la deuxième chance et les orienter vers celle la plus proche de chez eux, qui les accompagnera pour qu’ils sortent de l’exclusion.

Chaque année, 100 000 jeunes sont identifiés comme des décrocheurs scolaires, sortant du parcours scolaire et d'insertion classiques (source : Franceinfo, 2017). En 2019, 620 000 des jeunes entre 18 - 24 ans sont sortis du système scolaire sans diplôme. De plus, la situation sanitaire est un risque majeur d’accentuation du décrochage scolaire. Aujourd’hui un décrocheur scolaire “coûte” à l’Etat 230 000 euros en moyenne (source : BCG, 2012, CNESCO, 2018).

L’objectif de l’action Alternative décrocheurs est d’aller chercher massivement des jeunes décrocheurs sur les réseaux sociaux et de les orienter vers l’E2C la plus proche, qui les formera et les accompagnera pour qu’ils sortent de l’exclusion sociale. Grâce à un travail conjoint avec l’E2C93 sur la qualification des profils des décrocheurs scolaires et en utilisant les méthodes d’”acquisition digitale”, cette campagne de communication permet d’aller chercher ces jeunes de manière ciblée. Après une expérimentation concluante dans le 93, elle a été élargie à 11 E2C en France.

5. Écoute parents

Rendre l’aide à la parentalité accessible et lisible grâce à un portail de référence pour tous les parents et futurs parents.

Alors que 43% des parents perçoivent leur rôle comme difficile, il apparaît nécessaire de les sensibiliser et les accompagner vers les dispositifs et outils existants, pour soutenir leur parentalité, en leur offrant un accès privilégié à un centre d’appel spécialisé dans l’écoute, le conseil et l’orientation, la psychologie et la réponse aux questions autour de la parentalité. Pour cela, Make.org accompagne la FNEPE dans le déploiement national de la ligne d’écoute existante afin qu’elle devienne une référence et un réflexe pour les parents en difficulté. Make.org soutient également le collectif Ecoute Parentalités,  qui réunit onze acteurs du soutien à la parentalité (dont la FNEPE) et qui a développé un portail en ligne à destination de toutes les familles souhaitant bénéficier d’une aide et d’une gratuite. Cette démarche collective du secteur du soutien est  initiée à l’invitation et avec le soutien du Secrétariat d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles

6. Service Civique Boost

Engager des jeunes de quartiers défavorisés en missions de service civique pour accomplir des centaines de chantiers écologiques et mobiliser des milliers de citoyens autour des enjeux de biodiversité.

Le Service civique a permis en 2015 à quelque 60 000 jeunes en France de consacrer de 6 à 12 mois à l’intérêt général, en étant à la fois utiles à la société et utiles à eux-mêmes puisqu’ils se développent à travers les actions qu’ils mènent. Avec l’ambition de l’Etat d’universaliser son accès, plusieurs centaines de milliers de jeunes devraient s’engager chaque année dans cette nouvelle étape de vie. Si le Service civique répond avant tout à des enjeux de cohésion sociale pour le pays, ses bénéfices et ses impacts sont multiples et peuvent également contribuer aux défis économiques nouveaux. L’expérience d’Unis-Cité, qui a déjà mobilisé près de 13 000 jeunes depuis vingt ans.

Make.org Foundation appuie Unis-cité, qui a déjà mobilisé près de 13 000 jeunes depuis 20 ans, dans sa recherche de fonds permettant de mobiliser des jeunes de 16 à 25 ans engagés en Service Civique, pour mener des actions de protection de la biodiversité et de sensibilisation du public, en soutien à des associations environnementales. 

7. Mon Printemps 2020

Un septième projet, celui-ci éphémère, a été déployé pour répondre aux problématiques d’isolement liées au confinement. Du 22 avril au 4 juillet 2020, des centaines de jeunes ont pu proposer leurs œuvres, qu’elles se placent dans le prolongement de projets pédagogiques ou en réponse à des propositions d’artistes ou scientifiques impliqués dans la démarche, pour qu’elles alimentent le compte Instagram Mon Printemps 2020

👉 Retrouvez l’intégralité du Dossier de presse de bilan de la Grande Cause “Une chance pour chaque jeune”

Sur le même thème

Aller + loin

Nos dernières actualités

Découvrir toute notre actualité