Donner une chance à chaque jeune

Mentor Express : créer des rencontres simples entre jeunes et professionnels

Publié le
19/9/2019
par
Lisa Vaturi
∙ Mis à jour le
1/10/2019
Mettre en relation de façon légère et rapide des professionnels et des jeunes, pour les aider dans leur orientation : c’est l’objectif de Mentor Express, l’une des 8 actions du plan #UneChancePourChaqueJeune, présenté au premier Forum des Cités Éducatives, le 19 septembre, au Rectorat de Versailles.

C’est l’une des huit actions de la Grande Cause #UneChancePourChaqueJeune qui sont présentées lors du premier Forum des Cités éducatives, le 19 septembre au rectorat de Versailles. Ce plan d’actions est proposé aux acteurs des Cités Éducatives de l’Académie de Versailles afin qu’ils puissent se les approprier et les expérimenter sur leur territoire, au bénéfice de leurs élèves.

Partant du principe qu’il existe déjà de nombreux - et excellents - systèmes de mentoring entre élèves et professionnels, mais que ces dispositifs manquent souvent d’agilité et de fluidité, Make.org, BNP Paribas, Accor, Google, JobIRL et Nos Quartiers ont des Talents se sont associés pour mettre en oeuvre le projet Mentor Express

“Nous avons constaté qu’il y avait un besoin pour une plateforme de mentoring très légère, où tout le monde peut aller très facilement passer une demi-heure au téléphone avec un cadre, explique Axel Dauchez, le président de Make.org. Nous allons développer cette plateforme avec JobIRL, qui est déjà très avancé sur cette question, et BNP Paribas et Accor vont s’engager sur ce projet de façon particulière.”

Pourquoi soutiennent-ils Mentor Express ?

Charline Avenel, rectrice de l'Académie de Versailles 

"Les outils de Make.org et de la tech sont très précieux pour faire réussir nos élèves, je vais les utiliser comme boîte à outils dans l'académie de Versailles. Je suis heureuse de travailler avec les associations et entreprises, car c’est l’illustration du fait que les politiques publiques ne se font pas seulement avec l’Etat, en mettant ensemble les collectivités locales ; elles se font avec les citoyens, en prenant le sel de ce que la société civile peut nous apporter.”

Bertrand Cizeau, Directeur de la Communication Groupe BNP Paribas 

“BNP Paribas est convaincu que les actions de mentorat auprès des jeunes sont déterminantes pour favoriser leur accès à l’emploi. Nous avons déjà 400 collaborateurs qui consacrent 3 à 4 heures par mois au mentorat des jeunes.

Mentor Express est une belle opportunité pour renforcer nos actions pour aider les jeunes ne bénéficiant pas de réseau professionnel en leur permettant d’être mis en relation avec des collaborateurs de grandes entreprises et de découvrir ainsi les différents métiers auxquels ils pourraient postuler.

Dans le cadre de son engagement pris à horizon 2020, pour atteindre le million d’heures de collaborateurs consacrées à des actions de solidarité, BNP Paribas mettra un accent fort sur le mentorat qui est la manière la plus concrète de transmettre la réalité des entreprises aux jeunes. Ce qui change avec la grande cause, c’est la coalition, c’est le passage à une plus grande échelle pour un plus grand impact. Nous en sommes ravis.”

Anne-Sophie Béraud, Vice Présidente Groupe, Inclusion et Diversité du groupe Accor

“Ces engagements auprès des jeunes des quartiers populaires sont tout à fait alignés avec la stratégie diversité et inclusion du groupe Accor. Aujourd’hui, les jeunes ne connaissent pas l’ensemble des métiers de l’hôtellerie (la restauration, la comptabilité, les ressources humaines, la réception…) dans leur dimension opérationnelle. Or nous recrutons chaque année 7 000 personnes, nous voulons donner l’opportunité à des jeunes de venir demain dans nos métiers et dans nos hôtels. 

Mentor Express est également une opportunité pour les professionnels de l’hôtellerie de transmettre le goût de leur métier, et de donner un petit déclic aux jeunes. Nous allons pouvoir communiquer sur la plateforme Mentor Express auprès des collaborateurs sous enseigne Accor en France, et leur proposer, sur la base du volontariat, d’y participer.”

Christelle Meslé - Génin, Fondatrice de JobIRL 

“J’ai eu une intuition il y a cinq ans : l’orientation en France ne marche pas bien, et c’est d’autant plus difficile pour les jeunes de milieux défavorisés de s’inspirer et d’avoir des projets ambitieux. Et sur le marché de l’emploi, les entreprises ont du mal à recruter, alors que 25% des jeunes sont au chômage. 

En 2013, je me suis dit qu’il était temps de créer un lien massif entre les professionnels et les jeunes, pour qu’ils puissent échanger sur les métiers d’avenir, sur les opportunités de carrière, et que les jeunes aient ainsi un projet d’orientation cohérent, ce qui éviterait les taux énormes de décrochage atteints dans certaines filières de l’enseignement supérieur. J’ai calculé que l’échec de la scolarité en première année à l’université (60%) coûtait un milliard par an à la société.

JobIRL est une sorte de pré-Linkedin, où des jeunes et des professionnels échangent tous les jours sur les métiers, les entreprises. Maintenant, les jeunes peuvent aussi échanger entre eux sur leurs études. Aujourd’hui, nous avons 55 000 membres actifs, des stages étudiants, des contrats d’alternance, et aussi des stages découverte pour les élèves de 3e car nous faisons partie du plan du gouvernement.

Nous avons aussi une action de terrain indispensable, notamment pour les publics défavorisés, car le numérique induit de nouvelles fractures sociales. Ce n’est pas facile d’oser écrire à un professionnel, à un banquier, quand on a 16 ans du fin fond de sa banlieue… Nous animons énormément de programmes dans les établissements scolaires, les collèges, les lycées, les universités, les missions locales, auprès des publics fragiles pour leur apprendre à oser. En France, quand on s’oriente, on regarde des fiches-métiers, on va au CIO, on ne pense pas que grâce à une plateforme, on va pouvoir contacter n’importe quel professionnel, n’importe quel étudiant… Maintenant, ça existe.

Je suis extrêmement heureuse que les participants à la consultation de Make.org aient dit qu’il y avait un besoin pour une telle plateforme, cela prouve à quel point c’est utile. Mon rêve, c’est qu’on soit 500 000 membres dans cinq ans, et je pense que tous ensemble, on va y arriver.” 

Sidonie Dogboé, chargée de projets entrepreneuriat chez Nos Quartiers ont des Talents (NQT) 

“Nos Quartiers ont des Talents est né il y a treize ans à Saint-Denis, à une époque où il y avait une vraie fracture entre les jeunes qui s’orientaient et le monde professionnel. Nous nous sommes engagés à créer un lien entre ces jeunes et les acteurs qui peuvent leur transmettre des clés pour avancer.

Depuis, nous avons grandi, nous couvrons tout le territoire, avec des actions orientées vers les quartiers prioritaires politiques de la ville, en zone rurale et en outre-mer. Nous proposons un mentoring de six mois en moyenne, avec un taux de 70% de nos jeunes qui réussissent à trouver un emploi à la hauteur de leurs qualifications. Nous avons accompagné plus de 40 000 jeunes, en lien avec 600 à 700 entreprises, les universités, les départements et les régions.

Mais jusqu’à présent, le mentoring que nous proposons se déroule essentiellement en présentiel, avec un coach attribué à chaque jeune, qui lui permet d’avancer dans sa recherche d’emploi, d’alternance ou dans la création d’entreprise. C’est pourquoi nous sommes ravis d’être associés à tous les partenaires de Mentor Express, cela nous permettra d’approfondir nos offres grâce au digital.”