Paroles de citoyens

Fabien

49

 ans

Directeur d'un supermarché de proximité

Cuiseaux (Saône-et-Loire)

Fabien
Il faut lutter contre les déserts médicaux en ruralité
Fabien

L’année dernière, j’ai rapatrié mes grands-parents dans une résidence pour seniors à Cuiseaux, un village de 1800 habitants dans le Jura, avec une population assez âgée, et cela m’a sensibilisé au manque de médecins généralistes en zone rurale. Il y en a trois dans le village, mais ils sont proches de la retraite et deux d’entre eux refusent de prendre de nouveaux patients. Ils sont complètement débordés car ils ont des patients qui viennent aussi d’autres communes autour, parfois à 20 kilomètres de là, parce qu’eux non plus ne trouvent pas de généralistes près chez eux. Ces médecins travaillent comme des fous, du matin au soir, et ne trouvent pas de successeurs qui veulent prendre la relève. 

Dans un département rural avec des personnes assez âgées, ce manque de médecins devient un vrai problème.

Le renouvellement ne se fait pas parce qu’ils n’ont pas relevé le numerus clausus depuis de nombreuses années. Et ces petites communes ne sont pas très attractives pour les jeunes. Cuiseaux se situe à peu près à 35 km de Lons-le-Saunier et de Bourg-en-Bresse, aux portes du Jura : les jeunes médecins n’ont pas forcément envie d’y investir leur carrière. 

J’habite à 20 minutes de Cuiseaux, dans une petite commune de l’Ain. Et là, il y a une maison médicale avec des jeunes médecins, parce qu’on est un peu plus près de Bourg-en-Bresse. Mais dès qu’on s’éloigne des agglomérations, c’est plus compliqué. Et si on a besoin d’un médecin spécialiste, c’est impossible. L’année dernière, j’ai eu la coqueluche, il m’a fallu six mois pour obtenir un rendez-vous chez l’ORL ! Pareil pour l’ophtalmo ou le dentiste. C’est inacceptable en France de faire des économies sur la santé !


paroles de citoyens

Leurs propositions ont été plébiscitées ou ont suscité le débat. Ils nous ont raconté leur histoire.