Paroles de citoyens

Marie

31

 ans

Infirmière

Toulon (Var)

Marie
Il faut rouvrir les gares et les lignes ferroviaires abandonnées et augmenter les offres de transport en commun sur tout le territoire
Marie

Je suis infirmière et avant, quand je terminais de travailler à 21h30, le dernier bus passait à 21h. Donc j’étais obligée de prendre ma voiture pour rentrer chez moi, alors que j’habite à 1 kilomètre de l’hôpital ! Et je n’avais pas envie de rentrer à pied, car il y a aussi des problèmes de sécurité. Il faut absolument développer l’offre de transports sur tout le territoire et à toute heure pour réduire l’usage de la voiture. 

Aujourd’hui, je vis et travaille en agglomération, donc je n’en ai pas forcément besoin, mais sans voiture, on n’a aucun moyen d’aller dans un village voisin à 30 kilomètres, ou d’aller dîner chez des amis et de rentrer à 23h.

C’est en partie à cause du manque de transports que les territoires sont de plus en plus désertés.

Quand on n’a pas de voiture, on ne peut pas aller habiter au fin fond de la Creuse ! Nous, on aurait pu envisager d’aller vivre à la campagne, car les logements sont plus grands et moins chers, mais cela nous aurait obligés à acheter une deuxième voiture, donc on ne le fait pas à cause de cela.

Avant, il existait plein de petites lignes ferroviaires. Mes parents et grands-parents n’avaient pas besoin de deux voitures. Ils habitaient en Picardie, il y avait un arrêt de train pas très loin, ils pouvaient y aller à pied. Ma grand-mère me raconte qu’elle allait voir ses grands-parents tous les dimanches à moitié à pied et à moitié en train. Mais petit à petit, toutes ces petites gares ont fermé, ou les arrêts sont de moins en moins bien desservis, et il n’y a plus de train le dimanche...


paroles de citoyens

Leurs propositions ont été plébiscitées ou ont suscité le débat. Ils nous ont raconté leur histoire.